Nos réfugiés syriens se retrouvent face à un mur

Louis-Marie Asselin, président du Comité d'accueil des réfugiés... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Louis-Marie Asselin, président du Comité d'accueil des réfugiés de Saint-Joseph-de-Lévis et accompagnateur d'une famille, dénonce les ratés de la bureaucratie dans l'accueil des réfugiés syriens.

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Dans les premiers jours de septembre 2015, nous avons été nombreux à nous émouvoir et à nous indigner à la vue du corps de l'enfant de trois ans rejeté par la mer sur une plage de Turquie. J'en fus. Avec un groupe d'amis de Lévis, nous sommes immédiatement passés à l'action.

Depuis le 20 février 2016, nous accueillons une famille syrienne de sept personnes, dont un membre, un fils de 14 ans, est encore retenu en Allemagne où il avait fui par la voie maritime et terrestre si meurtrière. Aujourd'hui, trois mois plus tard, en tant qu'accompagnateur de cette famille, je suis tout autant indigné devant les murs administratifs auxquels nous nous butons pour leur intégration. J'évoquerai quatre problématiques dans lesquelles nos énergies s'épuisent, confrontées à un constat d'impuissance.

Dans le secteur de l'éducation

Il y a un manque criant de ressources pour la francisation. 

À peine trois semaines après eur arrivée, les six membres de la famille commençaient des cours de francisation en milieu scolaire, grâce à l'accueil généreux et chaleureux du personnel de notre commission scolaire. Les deux parents ont pu être inscrits au programme de francisation de l'école pour adultes, mais seulement à temps partiel, soit deux jours par semaine. Les ressources financières pour un temps complet n'étaient pas disponibles, ce qui fut notre première grande déception. La jeune enseignante contractuelle est accueillante, généreuse, efficace, adorée par ses élèves, mais on lui coupe les ailes.

Les deux adolescentes, inscrites à l'école secondaire de leur secteur, recevaient deux avant-midis de francisation spécialisée par semaine, soit au plus cinq heures. Les deux enseignantes, de jeunes contractuelles, sont engagées et dévouées. Les ressources financières ne permettaient pas plus d'heures. Ce programme de francisation est terminé depuis deux semaines pour l'une et la semaine dernière pour l'autre des adolescentes, alors que les progrès sont sensibles. C'est la deuxième déception pour nous, immense. Que faisons-nous à partir du lundi 16 mai pour soutenir l'enthousiasme de nos deux filles à apprendre le français? C'est une catastrophe, nous sommes paniqués : leur francisation est critique pour l'inscription scolaire de septembre prochain.

Je parle pour moi, nationaliste depuis la Révolution tranquille, et si fier de ma langue : au-delà de l'indignation, quelle honte de mon Québec prétendument si fier de ses racines, tous partis politiques confondus!

Solution proposée : que l'on ajuste immédiatement, sans d'infinies palabres, les planifications rigides et les allocations budgétaires associées.

Dans le secteur de la santé

Il y a non-inscription des professionnels au programme spécial du fédéral pour les réfugiés.

Dès les premiers jours de leur arrivée, nous avons dû recourir à des soins dentaires urgents, et il y eut des besoins pressants en lunettes, pour plusieurs membres de la famille, tous soins non couverts par la RAMQ. Malgré de modestes commandites, nous, le comité d'accueil, avons dû payer des factures importantes. Certains soins sont encore en cours, et d'autres sont prévisibles à court terme. Or, fin mars, début avril, nous entendons le premier ministre Trudeau déclarer la prolongation du Programme fédéral de santé intérimaire (PFSI) à l'intention des réfugiés, précisément pour les soins essentiels non couverts par la RAMQ. Mais il est bien spécifié que les factures déjà payées par le patient ne seront pas remboursées, c'est au professionnel à s'inscrire et à facturer le fédéral.

Notre troisième déception est que les professionnels de la santé ne connaissent pas ce programme et n'y sont pas inscrits. Est-il normal que ce soit à nous, simples citoyens, de chercher sur des sites informatiques difficiles les formalités complexes de ce programme gouvernemental, d'en informer un par un les professionnels de la santé de notre milieu et de les convaincre de faire les démarches administratives pour s'inscrire à ce programme fédéral? En situation d'accueil massif de réfugiés, largement publicisé, pourquoi les ordres professionnels (dentistes, optométristes, etc.) ou les structures québécoises du réseau de la santé n'ont-ils pas rapidement informé les professionnels concernés et ainsi empêché que nous, les parrains privés, ayons à assumer des coûts importants que nous n'avons pas à payer? Il n'est pas trop tard pour agir, les besoins sont toujours là.

Dans le secteur des permis de conduire

Il y a une injustice et une humiliation flagrantes constituant un obstacle majeur à l'accès au marché du travail.

La loi spécifie qu'un permis de conduire du pays d'origine est valide pour six mois après la date d'arrivée du réfugié. Pendant cette période, la SAAQ offre une facilité aux réfugiés, à savoir de passer en langue arabe les examens d'obtention du permis québécois. C'est ici que nous avons une quatrième déception. Les ordinateurs de la SAAQ offrent des examens rédigés en une langue arabe incompréhensible à des réfugiés d'origine syrienne. Résultat : l'examen devient une loterie, le candidat connaît échec après échec. Il se sent tourné en dérision, humilié. Il ne lui reste plus comme recours que de suivre, en français, toute la procédure d'obtention du permis, incluant les cours de formation en conduite automobile. Des coûts importants de formation sont impliqués et, surtout, l'accès au marché du travail peut être retardé d'une année ou même plus.

Solution proposée : décréter un moratoire sur la période de six mois, tant que la SAAQ ne sera pas capable d'offrir des programmes d'examens informatisés en arabe syrien. C'est la moindre justice et le moindre respect dus aux réfugiés.

Au niveau des demandes de rapatriement

Le silence radio de CIC (Citoyenneté et Immigration du Canada) concernant les demandes de rapatriement des enfants manquants dans le cas des familles disloquées par la guerre en Syrie est consternant.

Le fils de 14 ans qui a dû fuir vers l'Europe a été localisé dans le sud de l'Allemagne et la famille est en communication avec lui. Le Canada a annoncé une procédure spéciale qui doit permettre le rapatriement au Canada d'un membre manquant de la famille. Avec notre aide, le papa a inscrit vers la fin mars la demande de rapatriement de son fils préalablement inscrit dans la demande d'immigration. Le passage obligé est par le MIDI (ministère québécois de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion). Comme il se doit, le MIDI a transmis le dossier au CIC, qui l'a dirigé vers le bureau des visas canadiens situé à Vienne. Il n'y a eu aucun accusé de réception du CIC ni de son bureau à Vienne, et nous n'avons aucun numéro de dossier canadien qui permettrait de suivre son évolution. 

Notre cinquième déception est l'impossibilité pour la famille d'avoir la moindre indication sur une date réaliste de rapatriement de leur fils, ni la moindre possibilité de contact avec le bureau qui traite son dossier. On imagine le supplice et la détresse des parents qui ne peuvent planifier l'avenir de leur famille au Québec, ainsi que le désarroi de l'adolescent qui veut revoir sa famille et qui ne sait plus s'il doit plutôt opter pour s'intégrer à la société allemande. La famille doit-elle prévoir son inscription à l'école en septembre ou faut-il imaginer que cet adolescent ne pourra revoir sa famille que dans possiblement quatre ans? Quarante-huit mois est en effet la durée moyenne du traitement d'un dossier au bureau canadien de Vienne, selon le lien informatique fourni dans l'accusé de réception du MIDI. C'est tout simplement inhumain, alors que nous, le comité de parrainage, avons les ressources financières suffisantes pour payer le billet d'avion du fiston, si seulement il obtenait un visa canadien du bureau de Vienne. L'accélération donnée aux formalités d'immigration de novembre à février dernier devrait se traduire en une priorité pour les enfants alors impliqués dans cette course à l'objectif de 25 000 réfugiés.

Les dossiers décrits ici illustrent les contraintes à l'intégration des réfugiés syriens récemment accueillis en notre société. Avant de discourir politiquement de la pertinence d'accroître le nombre que nous accueillerons dans la prochaine année, il faut trouver rapidement des solutions aux problématiques concrètes vécues sur le terrain. Il faut surtout bien saisir que c'est de personnes dont nous parlons ici, avec des visages chargés d'inquiétude et d'espérance. Je veux aussi souligner l'incroyable élan de générosité de notre communauté du grand Lévis pour accueillir notre famille. J'espère faire comprendre l'impuissance d'un comité d'accueil à vaincre les contraintes décrites et surtout l'urgence d'agir. Chaque semaine perdue a des conséquences dramatiques sur le plan humain. À ceux qui sont en situation de pouvoir et de responsabilité d'agir rapidement.

Louis-Marie Asselin, président du Comité d'accueil de réfugiés de Saint-Joseph-de-Lévis et accompagnateur d'une famille 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer