Que faire pour les cyclistes?

Avant d'adopter une nouvelle règlementation, le ministre des... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Avant d'adopter une nouvelle règlementation, le ministre des Transport devrait mettre l'accent sur la prévention, l'éducation et le respect du Code de la sécurité routière, soutient l'auteur de cette lettre.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

La modification au Code de la sécurité routière pour les cyclistes pose plusieurs interrogations.

Comprenez-moi bien, je suis pour la sécurité des cyclistes; toutefois, nous avons là un problème qui dépasse la sécurité de ceux-ci. C'est la sécurité routière dans son ensemble qui sera touchée par l'obligation de garder une distance entre un véhicule routier et un cycliste. Pourquoi? Parce que nos routes et chemins ne sont pas bâtis pour répondre aux exigences des cyclistes. Nos routes sont trop étroites, les voies de circulation en ville sont juste assez larges pour accepter une voiture. Sur les routes comme, par exemple, celle du tour de l'île d'Orléans, il n'y a pas de place pour une voiture et un cycliste dans la même voie et circulant dans la même direction.

Ce n'est pas tout. Nos lobbyistes blâment constamment les automobilistes pour leurs comportements. J'aimerais leur rappeler que la grande majorité des cyclistes 1) ne respectent pas les signaux de circulation - arrêts, céder, vitesse, etc.; 2) que les trottoirs leur appartiennent; 3) qu'ils croient qu'ils ont une priorité de passage partout. En face du marché, sur la rue Quai Saint-André, 99,9 % des cyclistes passent à pleine vitesse à l'intersection sans faire leur ARRÊT obligatoire et en criant aux piétons des injures si l'un de ceux-ci décide de traverser, alors qu'il est dans son droit; 4) 98 % des bicyclettes ne sont pas équipées comme le veut le Code de la sécurité routière comme : un feu de position rouge à l'arrière, des feux éclairant pour le soir et la nuit; 5) 99 % des cyclistes ne font pas de signaux lorsqu'ils tournent à droite ou à gauche comme le veut le Code et je pourrais ainsi énumérer d'autres situations, sans oublier que bien des cyclistes utilisent les pistes cyclables comme des pistes de course et croient que c'est leur propriété. Les piétons n'y sont pas les bienvenus.

Donc, avant d'adopter une nouvelle réglementation, le ministre des Transports devrait mettre l'accent sur la prévention, l'éducation et le respect du Code de la sécurité routière tant par les automobilistes que par les cyclistes tout en demandant aux policiers d'être plus présents et interventionnistes. L'adoption d'une distance de 1 ou 1,1 mètre n'est pas une affaire émotive, c'est une décision qui demande une évaluation objective en tenant compte des conditions et de l'état de nos routes et chemins routiers.

Jacques Larose, ex-policier et expert en Sécurité routière

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer