Pendant ce temps, à Québec, on tergiverse

La Caisse de dépôt a présenté, il y... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La Caisse de dépôt a présenté, il y a quatre jours, un projet de réseau électrifié qui relierait Montréal aux banlieues.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

La Caisse de dépôt et placement vient de présenter pour Montréal un projet de réseau de transport électrifié de grande envergure qui suscite le plus grand enthousiasme. Un concert d'éloges instantané. Bravo!

C'était attendu depuis longtemps, cela améliorera le positionnement de Montréal parmi les grandes villes de ce monde. Enfin, notre grand aéroport international sera desservi efficacement, comme partout ailleurs. On profitera de l'implantation de ce système de transport pour densifier des secteurs urbains sous-développés. On améliorera la qualité de vie de centaines de milliers de résidents et de travailleurs.

Ce qui est intéressant dans ce projet, c'est le lien qui est fait, par le système choisi et son tracé, entre desserte quotidienne et impact économique. La Caisse compte sur le potentiel de développement qui se réalisera autour des stations, et même le long du parcours, pour rentabiliser en partie le projet. Il est entendu que des subventions complémentaires importantes venues des deux gouvernements viendront assurer cette rentabilité. Autre caractéristique primordiale : on le mettra en place au cours des cinq prochaines années, ce qui est essentiel pour profiter le plus rapidement possible de tout ce potentiel de bénéfices.

Pendant ce temps, à Québec, on tergiverse, on se replie sur des demi-mesures, on étire le temps, on mélange les priorités, bref on n'arrivera à rien. Pourtant, la Ville a présenté en 2011 (il y a cinq ans déjà) un projet de mobilité durable dont l'épine dorsale était aussi un réseau électrifié de tramways qui a suscité, de façon éphémère cependant, le même genre d'emballement. Puis, comme il se produit souvent à Québec, certaines critiques se sont appliquées à démolir le projet : le Québec n'a pas d'argent pour un projet aussi cher (le ministre de la Capitale-Nationale), le tracé n'est pas le bon (universitaires et organismes divers), la priorité dans la région, c'est l'élargissement des autoroutes (députés caquistes de la région, le maire lui-même, sans parler des radios poubelles).

La Ville s'est donc repliée après deux autres années d'études sur un système moins performant, aux impacts plus intangibles et sûrement moins grands, à la vie utile moins longue, donc à long terme probablement aussi coûteux. Et on prendra 10 ans pour l'implanter. Encore une demi-mesure. Encore un grand silence du gouvernement (sous-entendu : on vient de mettre 200 millions $ dans l'amphithéâtre, 30 millions $ dans le Diamant, 28 millions $ dans la place des Canotiers et bientôt 100 millions $ dans la troisième phase de la promenade Samuel-De Champlain, c'est suffisant pour quelques années encore).

Comme si personne n'était convaincu que l'amélioration du transport en commun par des systèmes plus performants qu'un réseau d'autobus aussi sophistiqué soit-il n'était pas compatible avec la dimension et le dynamisme de Québec. Comme si personne ne comprenait au gouvernement du Québec les effets structurants et moteurs des systèmes de transport même pour des agglomérations autres que les grandes métropoles. Comme si c'était une dépense plutôt qu'un investissement. Pourtant, il y a dans le monde des centaines de villes plus petites que Québec qui sont beaucoup mieux équipées et desservies par des systèmes efficaces de haut niveau.

La proposition de tramway de 2011 s'appuyait pourtant sur les mêmes bases que celles qui ont été établies pour la proposition de la Caisse pour Montréal. Celles d'utiliser un tel projet pour maximiser le potentiel de développement urbain, faire d'une pierre deux coups, compter une rentabilité plus solide à plus long terme. C'est ainsi que l'axe Charest a été choisi, parce que c'est le long de cet axe que le potentiel de redéveloppement est le plus élevé, même dans Saint-Roch, et cela sans compter celui du pôle de Sainte-Foy ni celui des pôles plus à l'est comme d'Estimauville. Ce potentiel n'existe pas le long du boulevard René-Lévesque en haute ville.

Mais quand la volonté politique n'existe pas! Quand on privilégie l'automobile et les autoroutes! Quand la population reste indifférente! Que reste-t-il à faire? Surtout ne pas baisser les bras.

Serge Viau, architecte et urbaniste émérite, ancien directeur général de la Ville de Québec et ex-membre du Comité sur la mobilité durable de 2011.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer