Rebâtir l'expertise pour sortir du bourbier informatique

Le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec se questionne sur l'impact réel de la reconstruction de l'expertise en informatique telle que planifiée présentement.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Les problèmes en technologies de l'information (TI) du gouvernement du Québec sont nombreux et persistants. Le vérificateur général du Québec a proposé des pistes de solution plus ou moins retenues. Des organismes ont demandé - en vain- une commission d'enquête publique sur l'octroi des contrats informatiques. Le gouvernement répond par de nouvelles réglementations et mesures, des plans de restructuration et de nouvelles politiques répétant plus ou moins le contenu des précédentes, en omettant toujours d'y inclure des cibles.

Depuis des années, le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) martèle que la solution à ces problèmes réside dans le développement de l'expertise interne pour réduire le recours abusif à la coûteuse sous-traitance et diminuer la dépendance du gouvernement envers le secteur privé. La Politique-cadre de gestion des ressources humaines du Secrétariat du Conseil du trésor (SCT) souligne d'ailleurs l'importance de «préserver l'expertise de la fonction publique en misant sur les ressources internes».

L'ancien président du SCT, Martin Coiteux, l'a bien compris. Il affirmait, dans Le Courrier parlementaire du 23 octobre 2015 : «On est en train de régler les problèmes [...] le recours aux consultants externes, par exemple, est en nette diminution au Centre de services partagés (CSPQ)».

Mais au lieu de détenir son environnement infonuagique, le CSPQ devient courtier pour des impartiteurs, une autre forme de sous-traitance et de dépendance.

Il a donc agi en réduisant le nombre de consultants externes au sein même de la fonction publique. En effet, début 2016, M. Coiteux affirmait avoir sabré 1000 consultants. Le 14 avril dernier, lors de l'Étude des crédits budgétaires 2016-2017, le nouveau président du SCT, Carlos Leitão, a indiqué qu'à la fin de 2015, «il ne restait plus que 2976 consultants externes sur 8865 employés en informatique travaillant au gouvernement». C'est encore beaucoup!

Le corollaire demeure évidemment l'embauche et la formation de ressources pour reprendre le travail qui était réalisé par les consultants remerciés afin de reconstruire l'expertise interne. Depuis un certain temps, les gouvernements américain et britannique pratiquent avec succès et de façon rentable l'insourcing, une pratique qui consiste à convertir des postes de consultants externes en postes permanents intégrés dans la fonction publique.

La stratégie gouvernementale portant sur les TI déposée par M. Coiteux en juin 2015 visait entre autres à rehausser l'expertise interne en y ajoutant des effectifs. M. Coiteux avait tellement bien compris l'importance d'une expertise interne forte qu'à la fin 2015, il parlait même de 1000 embauches en TI.

Le chiffre a ensuite été ramené à 500, confirmé le 14 avril dernier par M. Leitão.

Du même coup, M. Leitão a mentionné qu'il a jusqu'à maintenant procédé à l'embauche de 94 employés, et qu'il n'a prévu aucun budget pour la formation de ceux-ci et des centaines d'autres à venir. Pourtant, le SPGQ a expliqué à maintes reprises l'importance de la formation dans le développement et le maintien de l'expertise interne.

Le SPGQ se questionne donc sur l'impact réel de la reconstruction de l'expertise telle que planifiée présentement. De fait, l'embauche de 500 nouveaux employés jusqu'en 2017 ne servira probablement qu'à remplacer les employés partant à la retraite ou ayant quitté leur emploi pour rejoindre un autre employeur et non pas les 1000 consultants remerciés.

Le SPGQ comptait, comme professionnels cotisants dans le domaine des TI, 5131 personnes au 5 avril 2014; 5089 personnes un an plus tard (5 avril 2015); et 5099 personnes au 5 avril 2016. Ça signifie que le volume des emplois se maintient. Nous suivrons de près cette évolution pour mesurer l'impact réel de la stratégie.

De plus, il s'avère complexe de recruter des professionnels déjà qualifiés avec la rémunération non concurrentielle octroyée dans la fonction publique québécoise.

Selon l'Enquête sur la rémunération globale (2015) de l'Institut de la statistique du Québec, la rémunération des analystes en informatique dans le secteur autre public (fédéral, municipal, etc.) est de 37 % supérieure aux premiers échelons. Dans le secteur privé syndiqué, la rémunération globale est de 48 % supérieure aux derniers échelons. Les changements d'employeur s'effectuent plus généralement chez les plus jeunes après quelques années de service et chez les plus expérimentés, ceux se situant aux échelons les plus élevés.

Le SPGQ estime que 1000 embauches sont nécessaires pour vraiment reconstruire l'expertise interne en TI, comme c'est le cas en génie au ministère des Transports : 970 embauches. Le défi serait cependant plus facile à relever si on bonifiait la rémunération des professionnels qualifiés.

Pour faire suite au projet de loi que M. Coiteux voulait présenter cet hiver, M. Leitão annonçait qu'une nouvelle politique gouvernementale en TI, incluant un volet main-d'oeuvre, verrait bientôt le jour. En attendant cette énième politique et la mise en oeuvre des précédentes, le SPGQ tient à rappeler que la reconstruction de l'expertise interne repose beaucoup sur la capacité d'attraction et de rétention, ce qui inclut une formation appropriée pour développer et maintenir l'expertise de professionnels qualifiés.

Richard Perron, président, et Pierre Riopel, conseiller à la recherche, Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer