SABSA répond aux besoins de notre quartier

L'auteur de cette lettre souhaite que la priorité... (Photothèque le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

L'auteur de cette lettre souhaite que la priorité soit donnée aux services offerts à la population, au-delà des intérêts corporatifs ou des impératifs d'uniformité du ministère de la Santé.

Photothèque le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Lettre au ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette

Je vous écris afin de vous souligner l'importance que le conseil de quartier de Saint-Roch accorde à la pérennité de la Coopérative de solidarité SABSA qui fournit des soins et services de santé de proximité à la population des quartiers Saint-Roch et Saint-Sauveur de la ville de Québec.

Cette clinique répond à la fois aux besoins d'une clientèle défavorisée ne trouvant pas sa place dans le système de santé et à ceux de familles qui n'ont pas accès à des médecins de famille ou dont l'accès à un médecin est sévèrement restreint pour des raisons de mobilité ou de disponibilités. Parmi les objectifs principaux de son Plan d'action 2015-2017, le conseil de quartier souhaite favoriser la cohabitation et l'intégration des différents groupes de populations. Sans une offre adéquate de soins de santé dans le quartier, ces groupes voient leur qualité de vie diminuer, ce qui compromet leur enracinement dans le quartier Saint-Roch.

La clinique SABSA permet d'améliorer l'accès au réseau de santé grâce à des infirmières, notamment praticiennes, offrant des services et des soins courants complémentaires à ceux d'un groupe de médecine familiale (GMF) tout en générant des économies substantielles liées aux soins médicaux non facturés.

Nous connaissons votre position, soit que les services de cette clinique soient intégrés à ceux d'un GMF «pour ne pas multiplier les points de service». Or, à notre avis, cela viendrait empêcher la clinique SABSA de rejoindre une partie de sa clientèle la plus défavorisée qui trouve difficilement sa place dans le réseau.

Ces personnes aux prises entre autres avec des problèmes de santé mentale, de toxicomanie, d'itinérance, de réinsertion sociale risquent d'être laissées à elles-mêmes, sans soins adéquats, et se retrouver plus tard dans les urgences en situation de crise. L'aspect préventif d'une partie des soins de la clinique vise précisément à éviter que ces personnes deviennent plus lourdement malades et exigent des efforts plus grands du système de santé.

Nous souhaitons que la priorité soit donnée aux services offerts à la population, au-delà des intérêts corporatifs ou des impératifs d'uniformité du Ministère. Souvenons-nous que le serment d'Hippocrate mentionne par deux fois la priorité qui devrait être donnée aux patients : «[...] je dirigerai le régime des malades à leur avantage [...] dans quelque maison que j'entre, j'y entrerai pour l'utilité des malades...». Considérant la réussite de ce projet (vous l'avez vous-même qualifié «d'excellente initiative») et que sa disparition priverait près de 1500 patients réguliers et des centaines d'utilisateurs occasionnels des soins de santé de proximité, le conseil de quartier de Saint-Roch vous demande de reconsidérer votre position et de trouver une solution permettant de fournir un financement adéquat afin de permettre la poursuite de la mission de la clinique SABSA.

Simon Gauvin, président du conseil de quartier de Saint-Roch à Québec

 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer