Énergie Est: des garanties écrites

S'il se concrétise, le projet d'oléoduc Énergie Est enjambera 828 cours d'eau... (Archives, Associated Press)

Agrandir

Archives, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

S'il se concrétise, le projet d'oléoduc Énergie Est enjambera 828 cours d'eau sur le territoire québécois, indique un document de TransCanada obtenu par Radio-Canada. Ce document contient aussi la liste des tronçons de l'oléoduc dans chaque municipalité traversée au Québec et leur longueur, pour un total de 688 km.

Le risque d'un désastre environnemental sera donc omniprésent en cas de rupture accidentelle du réseau transportant du pétrole brut. C'est pourquoi le gouvernement du Québec devrait exiger de la compagnie TransCanada des garanties financières écrites et détaillées avant de donner son accord pour le projet. Ces garanties devraient notamment comporter des clauses pour assurer la surveillance quotidienne de la portion québécoise, afin de permettre une réaction rapide d'une équipe d'intervenants spécialisés et bien formés en cas d'accident.

De plus, le contrat signé avec TransCanada devrait comporter des clauses pour garantir aux municipalités touchées par une rupture le remboursement de tous les dommages causés aux citoyens, à l'environnement et pour la restauration des lieux abîmés. D'autres clauses devraient aussi être ajoutées pour prévoir un dédommagement à l'endroit de tous les propriétaires de terrains où des sections de la conduite seront installées.

Toutes ces clauses devraient protéger les citoyens concernés et les autres contribuables québécois de manière à ce qu'ils ne soient pas obligés d'assumer des coûts dont ils ne sont pas responsables, l'oléoduc construit étant l'entière propriété de la compagnie TransCanada dont le siège social est en Alberta.

Il faut se rappeler l'accident ferroviaire survenu à Lac-Mégantic le 6 juillet 2013, accident impliquant le déraillement d'un convoi à la dérive de 72 wagons-citernes contenant du pétrole brut léger. L'accident avait provoqué des explosions et un incendie qui ont détruit, dans le centre-ville, une quarantaine d'édifices dans une zone de deux kilomètres carrés en plus de tuer 47 personnes. Des millions de dollars ont dû être assumés par le gouvernement québécois pour restaurer le lieu.

Il ne faut pas oublier aussi la rupture, en juillet 2010, de l'oléoduc de la compagnie Enbridge, d'Alberta, qui avait entraîné un déversement de pétrole dans la rivière Kalamazoo située à Marshall dans l'État du Michigan. Le nettoyage de la zone contaminée avait coûté quelque 800 millions $. D'où l'importance pour le gouvernement québécois de bien se protéger ainsi que ses citoyens avant d'autoriser la construction de la portion de l'oléoduc qui traversera son territoire.

André Delage

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer