Avoir un médecin, oui, si on peut le voir

L'attente pour prendre un rendez-vous avec un médecin... (Archives La Presse)

Agrandir

L'attente pour prendre un rendez-vous avec un médecin de famille est beaucoup trop longue au Québec, estime l'auteur.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Enfin, j'ai un médecin de famille! C'est ce que je me suis écrié, il y a quelques mois, lorsque, à ma très grande surprise, une clinique en banlieue de Québec, m'a téléphoné pour m'offrir cet inestimable cadeau.

J'ai immédiatement pensé: «La réforme du bon Dr Barrette porterait donc des fruits?» Voyez-vous, un médecin de famille à mon âge (bientôt 80), cela représente une telle sécurité!

Puis, je me rends à mon premier rendez-vous. Mise à jour de mon dossier médical. Normal. Rencontre avec mon médecin. Tout va bien. Je respire!

Le 30 mars dernier, j'essaie de prendre un rendez-vous. J'ai un médecin de famille, ça ne devrait pas être un problème, me suis-je dit.

Or, voilà que l'on m'informe que je dois attendre avant de demander ce précieux privilège. «Rappelez-nous au mois de juin.» Pas moyen avant. L'agenda de mon médecin est complet jusque là.

Je tombe des nues.

Sans broncher, la secrétaire de la clinique m'apprend encore que mon médecin a des tonnes de patients à voir et qu'il ne peut pas en faire plus.

C'est donc ça, la belle réforme du Dr Barrette? Les médecins remplissent les quotas qui sont attendus d'eux, ils sont donc parfaitement en règle, sauf qu'ils n'ont pas le temps de vous voir avant un bon trimestre. Attendre deux mois et souvent plus, juste pour avoir le privilège de prendre le rendez-vous!

Le vrai rendez-vous, lui, il est plus loin encore! Le jour J, impossible de joindre la clinique par téléphone. J'ai un médecin de famille, oui, mais je dois attendre aux calendes grecques pour être vu par lui!

En d'autres mots, la nouvelle formule exige que les médecins omnipraticiens déverrouillent leurs classeurs pour y admettre de nouveaux patients, mais qu'ils n'aient pas le temps de les voir avant un bail, ça, ce n'est pas important.

Bientôt notre ministre de la Santé nous produira des statistiques impressionnantes démontrant combien la liste des personnes sans médecin de famille a fondu avec sa réforme.

Je trouve tout à fait invraisemblable qu'au Québec, on accepte une situation semblable alors qu'en Ontario, les gens obtiennent un rendez-vous en dedans d'une semaine! Moins d'une semaine pour eux, des mois pour nous.

Vous appelez ça une réforme? Quelle réforme!

Guy Massé, Saint-Antoine-de-Tilly

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer