La santé, enfant pauvre du budget 2016-2017

Selon les auteurs, en favorisant l'augmentation non contrôlée... (123RF/Vadim Guzh)

Agrandir

Selon les auteurs, en favorisant l'augmentation non contrôlée des dépenses en médicaments et en services médicaux, le gouvernement force d'importantes compressions dans les budgets des établissements et dans les soins et les services à la population.

123RF/Vadim Guzh

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Alors que l'ensemble du budget connaît une croissance de 2,7 %, celui de la santé et des services sociaux ne s'accroît que de 2,4 %. Les augmentations annuelles des coûts normaux de fonctionnement du système de santé sont estimées à au moins 4,0 %. Le résultat net est que l'augmentation de 2,4 % ne permettra pas de faire face aux obligations courantes.

La stratégie derrière ce budget est fortement discutable. Les compressions imposées touchent des secteurs d'activité qui accaparent un très faible pourcentage des dépenses de santé et pour lesquels le Québec dépense déjà beaucoup moins que les autres provinces canadiennes. Par exemple, les dépenses administratives du Québec sont déjà de 13 % inférieures à celles du reste du Canada; celles en santé publique en particulier sont la moitié moins que ce qui est observé en Ontario.

Par ailleurs, le budget prévoit d'importantes injections d'argent dans des secteurs qui accaparent déjà les plus forts pourcentages des dépenses de santé : les dépenses en médicaments et en services médicaux. Or, dans ces secteurs, le Québec dépense déjà plus que les autres provinces. En quelque sorte, la stratégie gouvernementale de s'attaquer aux souris (ce qui coûte le moins cher) pour laisser gambader les éléphants (ce qui coûte le plus cher).

Les médicaments accaparent la deuxième part la plus importante des dépenses totales de santé. Ces dépenses sont 19 % plus élevées au Québec que dans l'ensemble du Canada. Il s'agit des dépenses qui se sont le plus accrues au cours des dernières années. S'il existe un secteur de la santé qui doit être l'objet d'attention dans une perspective du contrôle des coûts, c'est sans nul doute celui des médicaments.

Les services médicaux accaparent la troisième part la plus importante des dépenses totales de santé. En 2015, ce pourcentage est relativement semblable à ce qui est observé dans l'ensemble des provinces canadiennes. En 2010, les dépenses en services médicaux accaparaient moins de 12 % des dépenses totales de santé du Québec. Elles étaient 13 % moins élevées au Québec que dans l'ensemble du Canada. En seulement cinq ans, cet écart a presque complètement disparu.

En 2016-2017, les dépenses en services médicaux vont s'accroître de près de 300 millions $, soit une croissance de 4,5 %. Cette augmentation représente à elle seule près du double de ce qui est accordé pour l'ensemble des dépenses de santé. Des compressions seront donc imposées aux autres secteurs des soins et services aux personnes, de façon à payer les augmentations prévues pour les services médicaux. Après les médicaments, le secteur des services médicaux représente le second secteur qui doit faire l'objet d'une attention beaucoup plus soutenue, dans une perspective de contrôle des coûts.

En favorisant l'augmentation non contrôlée des dépenses en médicaments et en services médicaux, le gouvernement force d'importantes compressions dans les budgets des établissements et dans les soins et les services à la population.

En bref, les choix politiques qui sont faits dans le troisième budget Couillard ne s'appuient pas sur des évidences scientifiques reconnues et n'anticipent pas les impacts sur la santé de la population. Ces choix risquent de fragiliser considérablement les acquis de notre système public. Tout se passe comme s'il s'agissait d'éviter d'effrayer les éléphants en passant les souris à la trappe.

Paul Lamarche, Pierre Joubert, Marc-André Maranda, Jean-Paul Fortin, retraités du secteur de la santé et universitaire, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer