La Santé publique en faveur du registre des armes d'épaule

Les neuf autres provinces canadiennes n'ont fait aucune... (Photo Jeff McIntosh, PC)

Agrandir

Les neuf autres provinces canadiennes n'ont fait aucune démarche pour conserver le registre.

Photo Jeff McIntosh, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

L'Institut national de santé publique de Québec (INSPQ) s'est déjà prononcé en 2010 lors du dépôt de son mémoire concernant l'abolition du registre des armes à feu d'épaule. D'emblée, l'Institut décrétait qu'on ne pouvait dissocier le permis de possession-acquisition de l'enregistrement des armes à feu sans restrictions.

L'Institut ne pouvait certainement pas prétendre le contraire en 2016, surtout en étant un organisme gouvernemental. Il attribue donc arbitrairement, comme en 2010, l'efficacité du contrôle des armes à feu à leur enregistrement.

Ce sont les mesures suivantes qui ont amélioré, voire changé complètement, la sécurité dans l'utilisation des armes de chasse (ou d'épaule) :

- Une formation obligatoire sur la sécurité dans le maniement des armes d'épaule accompagnée de notions sécuritaires en situation de chasse (au Québec);

- La réussite de la formation donne droit à un certificat qui permet l'achat d'un permis de chasse et permet également de demander un permis de possession-acquisition d'arme d'épaule. La demande de permis doit être accompagnée de l'accord du conjoint(e) et porter la signature de trois personnes non apparentée. Ce permis est délivré pour cinq ans à la suite d'une enquête policière et chacun des renouvellements coûte 60 $.

L'entreposage des armes et des munitions et leur transport sont aussi réglementés. Il est évident que l'enregistrement n'a rien à avoir avec l'accès à une arme à feu et à son utilisation dangereuse par un individu.

Arrive la conclusion de l'INSPQ, et c'est typique du phénomène des croyances : on joue sur les mots, utilise des raccourcis, déforme la réalité pour appuyer la croyance.

Les conclusions de l'INSPQ :

«[...] réintroduire au Québec l'obligation d'immatriculer les armes à feu sans restrictions.»

«[...] la majorité des décès par arme à feu implique des armes à feu sans restrictions.»

Il n'y a jamais eu d'armes à feu sans restrictions immatriculées au Québec et la notion d'enregistrement a disparue dans les conclusions de l'INSPQ pour les décès par arme à feu.

L'INSPQ recommande de modifier la loi de façon à rendre obligatoire la vérification du permis de possession-acquisition lors de la prise de possession d'une arme à feu. Ceci démontre une méconnaissance de la situation entourant l'achat et la possession des armes de chasse.

Le fait de transformer en immatriculation l'enregistrement des armes d'épaule semble une recommandation télécommandée.

Si vous n'avez pas les prérequis, essayez de vous procurer un permis de chasse, une arme de chasse, des munitions, vous vous rendrez compte que ce n'est pas possible.

Il est à noter que les neuf autres provinces canadiennes n'ont fait aucune démarche pour conserver le registre.

Laurier Bérubé

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer