Terre promise olympique

Le voyage de Régis Labeaume à Lausanne, en... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le voyage de Régis Labeaume à Lausanne, en Suisse, pour aller rencontrer le président du Comité international olympique, Thomas Bach, ne suscite pas l'enthousiame de tout le monde.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Notre illustre Moïse Labeaume s'est encore une fois permis de lever son bâton miraculeux de Monopoly pour inviter ses inconditionnels vers une autre Terre promise, celle des Olympiques d'hiver 2026.

Après sa promesse fallacieuse de 2009 aux disciples de sa ville d'une facture maximale de 40 millions $ pour la construction du Temple sacré Vidéotron, la colonne des dépenses s'est vite retrouvée avec une vraie plaie d'Égypte de 180 millions $. Toujours aussi insouciant face à la dette, notre faux prophète dirige maintenant sa galère vers la Suisse afin d'y écouter la toujours pernicieuse symphonie des sirènes, cette fois celle des bonzes des Jeux, intitulée «Un avant-goût du paradis du partage».

Rassurons-nous toutefois, Québécois. En effet, quiétude et sérénité nous sont promises, car la ville de Québec fera de l'argent avec les Jeux, dixit Régis... Sans doute une première dans toute l'histoire des Jeux, car toutes les villes hôtesses y ont laissé leurs chemises avec des déficits vertigineux au fil des générations. Ne regardons pas plus loin qu'à Montréal où son mentor Moïse Drapeau, souffrant également de mégalomanie chronique, n'a laissé que dettes titanesques et éléphants blancs en héritage.

Toutefois, un fait demeure rassurant quand on observe et entend le peuple s'agiter contre le veau d'or proposé par notre ludique Labeaume. Ce dernier voit même des obstacles se dresser tous azimuts devant lui, qui tente de faire avaler de force la construction d'un anneau de glace qui ne servira qu'irrégulièrement, et ce à une poignée d'athlètes. Il devra comprendre que, contrairement à son statut de millionnaire, la grosse majorité des «payeurs de taxes» sont tout au plus dans la classe moyenne. Ils n'ont pas le culte de l'argent ni des biens matériels et ils sont loin de courtiser ceux qui font éclat de leur condition de bourgeois dans un amphithéâtre qu'ils n'auront payé qu'avec leur menue monnaie...

Il est donc à espérer que de plus en plus d'esclaves de la dette déclineront l'invitation olympique qui s'étiole d'elle-même. Puissent-ils comprendre qu'il leur est impératif de se prémunir d'une bonne veste de sauvetage avant de traverser la mer Rouge des déficits sous la férule de plus en plus minée de Moïse, version 2016.

Robert Martel, Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer