«Je n'ai rien à me reprocher»

Sam Hamad... (La Presse Canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Sam Hamad

La Presse Canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) Voici le texte de la déclaration faite par Sam Hamad jeudi à l'Assemblée nationale

Je suis ici ce matin pour vous dire que je veux me battre pour défendre mon intégrité. Je n'ai rien à me reprocher. 

Vendredi dernier, à la suite de la diffusion du reportage d'Enquête, dans lequel des allégations me concernant étaient véhiculées, j'ai demandé au Commissaire à l'éthique de faire toutes les vérifications nécessaires afin de faire la lumière sur la situation et je l'ai assuré de mon entière collaboration.

J'ai également choisi de me retirer temporairement de mes fonctions ministérielles, le temps de son enquête. Je ne voulais pas que la situation devienne une distraction pour l'action gouvernementale et le premier ministre. Force est d'admettre que j'en suis devenu une. C'est pourquoi aujourd'hui j'ai convenu avec le premier ministre de siéger comme député de Louis-Hébert sans aucun autre privilège.

Dans les derniers jours, les allégations ont pris la forme d'accusations. Mon départ pour l'extérieur du Québec a été une décision guidée par l'émotion. Quand on se sent si injustement visé, quand on s'attaque à notre réputation et notre intégrité, on souhaite prendre une certaine distance. J'étais en colère, et la colère est une mauvaise conseillère. Je peux comprendre que ça ait pu soulever l'indignation à la population, mais je vous assure que ce n'était pas mon intention.

Le reportage met en scène des amalgames et des raccourcis. J'estime n'avoir rien à me reprocher. Je n'ai pas à prendre la responsabilité des courriels dont je ne suis pas l'auteur. Je comprends par contre que les Québécois veulent des réponses. C'est pourquoi je réitère aujourd'hui les éléments suivants :

En aucune façon l'entreprise n'a reçu un traitement de faveur ou des informations privilégiées. Son projet a été évalué au mérite et en fonction des paramètres, des ratios d'aide financière qui dictent les programmes du ministère.

Comme ministre et député, je fais avancer les dossiers, tous les dossiers qui pouvaient être structurants pour le Québec... Aujourd'hui, on me parle de Premier Tech, mais j'ai défendu avec autant de vigueur d'autres projets porteurs au Québec dans toutes les régions du Québec.

Il est vrai que j'ai pu discuter de ces dossiers avec le représentant de l'entreprise. Je l'ai fait sans jamais briser le secret entourant les délibérations du Conseil du trésor ou du Conseil des ministres. C'est le même niveau d'information que je donne à un député ministériel ou un député d'opposition qui vient s'informer sur l'état d'avancement d'un projet dans son comté.

Même si la loi ne prévoit pas l'obligation, je conviens que j'aurais dû demander si ces personnes étaient dûment inscrites au Registre des lobbyistes, et leur en rappeler l'obligation. Avec ou sans M. Côté, ce projet a été foncièrement bon pour l'économie du Québec, surtout à l'heure où on débat de l'importance de maintenir et de consolider nos sièges sociaux. Imaginez ceux qui se trouvent en région. Le projet a été analysé sur son mérite, point à la ligne, le reste sont des insinuations.

Concernant les allégations liées au financement politique, je n'ai jamais sollicité ces personnes. Elles ont choisi de faire une contribution de leur propre initiative. Je m'attends à ce qu'elles aient respecté les lois en vigueur. Tenter d'associer un quelconque financement politique derrière mon devoir ministériel est non seulement inexact, mais mensonger.

Enfin, je m'attends à ce que mon personnel politique effectue le suivi approprié de ces dossiers, que ce soit avec une municipalité, une entreprise ou des organismes communautaires. C'est son rôle de le faire. Pour le reste, mais surtout par respect pour le Commissaire à l'éthique qui est chargé de se pencher sur ce dossier, je ne ferai pas d'autres commentaires. Tous les citoyens et citoyennes ont le droit à la présomption d'innocence. Pourquoi pas moi?

La justice est un principe élémentaire. Laissons le Commissaire faire son travail. Une fois que vous aurez en main son rapport, vous pourrez alors tirer les conclusions.

Quand on siège à l'Assemblée nationale, nous sommes d'abord et avant tout députés. Pour moi, c'est un immense privilège et un honneur de représenter les citoyens et citoyennes de Louis-Hébert depuis 13 ans. Je continuerai de faire entendre leur voix à l'Assemblée nationale.

En terminant, à 20 ans, j'ai traversé l'Atlantique avec une valise à la main et je suis fier de ce que j'ai réalisé depuis. Je ne laisserai personne porter atteinte à ma réputation, à mon intégrité et à mon honneur. Je n'ai rien à me reprocher et vais me défendre jusqu'au bout.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer