Mégabuanderies: maquillage et mauvaise foi

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé, il y a quelques... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a annoncé, il y a quelques jours, son intention de construire deux mégabuanderies au coût de 60 millions $ de fonds publics, l'une dans la grande région métropolitaine et l'autre dans la région de Québec, alors que le secteur privé peut offrir de meilleurs services à de meilleurs prix. Cette annonce s'est appuyée sur un mandat obscur octroyé à une firme externe, sur l'ajout d'informations fictives aux soumissions reçues du secteur privé et sur des modifications déloyales aux prix des projets du secteur public. Dans les minutes suivant cette annonce, les organisations syndicales ont crié victoire. Toute cette opération pue le maquillage et la mauvaise foi. Chose certaine, les informations transmises par le Ministère sont fausses et remettent totalement en question la poursuite de ces projets nocifs pour les finances publiques. Elles doivent absolument être réexaminées par des entités indépendantes du Ministère.

Lors de l'annonce, le communiqué du Ministère a affirmé qu'«après avoir confié une étude à des experts afin de faire la comparaison entre les projets du secteur public et du secteur privé, les résultats présentés confirment que les projets du secteur public sont plus rentables». Or, la même firme d'experts affirme que ses travaux «ne constituent pas un audit du calcul des coûts liés» aux projets, que «la vérification et la validation du prix des services n'ont pas été conduites en fonction des normes» et que la firme «n'a jamais eu accès aux résultats de l'appel d'offres». Ainsi, non seulement il est faux d'affirmer que cette firme a endossé ou soutenu la position ministérielle, mais son nom a été utilisé comme vulgaire paravent pour masquer une analyse strictement interne du Ministère.

L'affirmation selon laquelle les projets du secteur public sont plus rentables est également une fausseté. En effet, dans son analyse, le Ministère a ajouté des coûts fictifs aux prix présentés par le secteur privé, afin de représenter les montants liés au maintien des installations et des équipements en bon état qu'il aurait versés si un organisme public réalisait le projet. Or, ces coûts de maintien d'actifs sont déjà inclus dans le prix offert par Buanderie Blanchelle. En tenant compte de ce facteur, le prix des projets du secteur public passe largement au-dessus du prix du privé. Par ailleurs, l'accroissement supposé de l'efficacité des deux projets du secteur public est basé sur des volumes de linge à traiter qui sont pour le moment inexistants. Enfin, plus grave encore, les données financières des projets du secteur public ont été modifiées après la réception des soumissions reçues du secteur privé, une procédure tout à fait irrégulière et déloyale dans un processus d'appel d'offres. Ainsi, d'un coût initial de 1,12 $ le kilo, selon notre estimation, le secteur public passe étonnamment à 1,01 $ le kilo, soit un sou en dessous du prix de 1,02 $ le kilo garanti par Buanderie Blanchelle.

Dans la longue liste des irrégularités de ces projets, entre également le fait que les organisations syndicales ont réagi publiquement dans les minutes suivant l'annonce gouvernementale. Cette sortie coordonnée suggère que l'approbation de ces projets est bien plus un cadeau fait aux tables de négociation qu'une décision rationnelle prise dans l'intérêt de la population.

Récemment, en Colombie-Britannique et en Saskatchewan, des projets similaires d'impartition de service de buanderie dans le secteur de la santé ont démontré des économies de plusieurs dizaines de millions de dollars, le tout au bénéfice des services publics et de la population.

Buanderie Blanchelle demande donc que le Vérificateur général du Québec et la Commission permanente de révision des programmes fassent un examen comparatif indépendant entre les projets du public et ceux des deux entreprises privées ayant participé à l'appel d'offres.

Pierre Ferron

Président

Buanderie Blanchelle

Repentigny

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer