Centre Durocher: une occasion en or pour le maire Labeaume

Le Centre Durocher... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Centre Durocher

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Un débat intense a lieu depuis deux ou trois ans entre les décideurs de la Ville de Québec et les citoyens du quartier Saint-Sauveur concernant l'avenir du Centre Durocher, situé au coeur du quartier. Une émission très bien faite a été diffusée récemment sur le réseau MATV, faisant le bilan complet de la situation qui perdure.

Le Centre Durocher, centre communautaire et de loisirs devant desservir les besoins intellectuels, sociaux et moraux du milieu, est une créature de la communauté des pères Oblats de Marie Immaculée, marquant ainsi son implication étroite et son mariage d'amour avec un quartier ouvrier. En 1947, les Oblats ont acquis gratuitement les terrains requis de la Ville de Québec strictement à cet effet et en 1979, ils ont mis en place une corporation civile aux mêmes fins. En raison de la propriété publique, la Ville est intervenue comme signataire de ces deux actes et en porte toujours la responsabilité.

La vie du quartier s'est déroulée pendant toutes ces années avec en son coeur le Centre Durocher. Aujourd'hui, le quartier est devenu plus multiethnique, mais toujours animé par de nombreuses familles et des résidents plus âgés qui aiment et chérissent leur milieu et leurs institutions. On a appelé ça une petite patrie. Devant les difficultés de financement et le manque d'aide de la Ville pour rénover ou repenser la vocation du Centre, la Corporation responsable a opté pour un projet d'habitation incluant des logements à prix modiques, transportant ses pénates plusieurs rues vers l'ouest et permettant de privatiser ainsi un lieu acquis expressément à des fins publiques. D'autres lieux adjacents ont cependant été identifiés par le Comité de citoyens aux fins d'implantation de logements sociaux.

De nombreux citoyens refusent de perdre cet espace public, même si la partie du parc sera préservée, et réclament le maintien de la vocation communautaire du lieu, quitte à en compléter l'usage avec un espace de bibliothèque polyvalent et des activités culturelles. Il faut évidemment l'aide de l'État et de la Ville pour y parvenir, mais cela commence d'abord par une volonté politique.

Plutôt que de s'en remettre à une responsabilité privée, argument qui ne tient pas la route, il me semble que le maire Labeaume aurait ici une belle occasion de se montrer à l'écoute des citoyens du quartier qui tiennent mordicus à leur bien, de marquer une pause dans le processus et de revoir avec tous les intervenants la possibilité de développer sur le site un lieu communautaire et culturel pertinent, tout en autorisant l'aménagement des logements sur un lieu adjacent lui appartenant. Je pense que la Corporation du Centre serait d'accord pour ainsi retrouver son âme et sa maison. Ce ne serait pas la première fois que M. le maire revoie un positionnement, ce qui est un signe d'intelligence et de sagesse, par-delà le leadership qu'on lui reconnaît d'emblée. Il aurait ici de bien bonnes raisons de le faire et de se faire apprécier.

C'est là la seule façon de calmer le jeu et de rétablir le climat d'harmonie dans notre milieu.

René Boudreault, auteur, Résident du quartier Saint-Sauveur, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer