Vous avez dit «juxtaposition»?

Dans une mêlée de presse à l'Assemblée nationale,... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Dans une mêlée de presse à l'Assemblée nationale, mardi, M. Péladeau a affirmé que l'absence d'appel d'offres nuisait à la crédibilité des travaux d'Aviseo.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

En réponse à l'éditorial «Vous avez dit "cohérence"?» de Jean-François Cliche publié le 19 février

Dans l'éditorial du 19 février, on propose qu'il serait incohérent de s'opposer au développement local des hydrocarbures et du passage de l'oléoduc Énergie Est sur la seule base que c'est contraire aux efforts pour lutter contre les changements climatiques. Cette incohérence serait démontrée quand on voit que plusieurs pays qui investissent massivement dans les énergies renouvelables exploitent également leurs hydrocarbures. Comme ces deux activités peuvent coexister, on en déduit que le Québec pourrait développer la filière hydrocarbure, avoir un avis favorable pour Énergie Est, tout en développant les énergies renouvelables sans être incohérent.

L'argument est séduisant, mais il confond cohérence et juxtaposition. Sont cohérents entre eux les éléments qui sont reliés d'une certaine façon, un découle de l'autre, un assiste l'autre, etc. Quand des éléments se retrouvent réunis sans lien entre eux, ils sont juxtaposés.

Il est exact d'affirmer que les pays qui exploitent des hydrocarbures sont cohérents quand ils investissent dans les énergies renouvelables. La raison est simple; historiquement, l'exploitation des hydrocarbures a précédé les investissements dans les énergies renouvelables. Et c'est justement leur implication dans les hydrocarbures qui les motivent à investir dans le renouvelable, car ils savent que notre aventure avec la combustion des hydrocarbures est vouée à disparaître. Ils prennent les revenus des hydrocarbures pour investir dans le renouvelable et autres ressources pour un jour ne plus dépendre des hydrocarbures. Deux exemples : les Émirats arabes unis et la Norvège. Le premier compte investir 35 milliards $ en énergies propres d'ici 2021, pour le second c'est 200 millions $ d'ici 2022. Les Émirats veulent faire passer leur production électrique, actuellement presque exclusivement au gaz naturel, à 71 % gaz naturel en 2030 en utilisant le charbon propre, le nucléaire et le solaire. C'est l'intention exprimée des Émirats de demeurer une puissance en énergie même après le fossile. Bien qu'elle soit productrice de pétrole, la Norvège encourage le transport électrique. En date du 15 février dernier le litre d'essence s'y vendait 1,62 $US. Seuls les Pays-Bas vendaient plus cher en Europe, à 1,67 $. Ils ont la plus grande flotte de voitures électriques per capita au monde.

Au Québec, c'est le contraire. S'aventurer dans l'exploitation des hydrocarbures viendrait à la suite des actions pour développer le renouvelable. On ne retrouverait pas la même cohérence que dans les pays qui cherchent à s'éloigner des hydrocarbures. Ce ne serait qu'une juxtaposition de secteurs qui se nuisent et s'annulent mutuellement plutôt que de s'aider. C'est vrai qu'on peut marcher et siffler en même temps, mais l'un n'entraîne pas l'autre. On peut également marcher sans siffler et siffler sans marcher.

Pierre Ross, recherchiste à Nature Québec

Réponse de Jean-François Cliche

Je n'ai écrit nulle part qu'il est «incohérent» de s'opposer à une filière québécoise des hydrocarbures. Tout ce que j'ai écrit, c'est que l'idée de la cohérence avec la décarbonisation de l'économie, idée répétée par tant de gens de nos jours pour dénoncer divers projets pétroliers et gaziers, est un argument d'idéologue et de marketing politique. Les nombreux exemples de pays qui exploitent leurs hydrocarbures et qui, tout à la fois, investissent massivement (et judicieusement) dans les énergies vertes démontrent que les deux secteurs peuvent coexister au sein d'une même société sans «se nuire et s'annuler mutuellement», comme vous l'écrivez dans votre dernier paragraphe. Ce réflexe d'idéologue dont je parle, d'ailleurs, il est en plein là.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer