Le temps de nouvelles audaces

Selon l'auteur, le gouvernement doit accorder une aide circonstanciée... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Selon l'auteur, le gouvernement doit accorder une aide circonstanciée au secteur manufacturier.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le gouvernement du Québec présentera dans quelques jours le premier budget après le retour à l'équilibre budgétaire. Si le gouvernement a déployé tant d'efforts pour atteindre ce résultat, c'est, nous l'espérons, pour pouvoir investir dans de nouvelles priorités et remettre le Québec sur la voie de la croissance.

Nous invitons donc le gouvernement à poser, à l'occasion de ce budget, des gestes structurants pour l'avenir, des décisions audacieuses qui vont faire avancer le Québec. Nous en identifions quatre :

• Réforme de la fiscalité. L'ensemble des changements proposés par la commission Godbout, dont la réduction du fardeau fiscal des particuliers et une hausse correspondante des taxes à la consommation, augmenterait notre produit intérieur brut et créerait quelque 20 000 emplois. Le gouvernement doit commencer dès 2016 à mettre en oeuvre progressivement cette réforme. Nous avons collectivement besoin de cette orientation audacieuse.

• Aide ciblée aux entreprises. Il faut examiner une à une les mesures d'aide aux entreprises et aux investisseurs et retenir ou bonifier celles qui favorisent les investissements créateurs de richesse et d'emplois. Il est temps d'oser cette approche ciblée.  

À court terme, deux grands secteurs méritent une attention immédiate. En premier lieu, le gouvernement doit, à notre avis, accorder une aide circonstanciée au secteur manufacturier, plus spécifiquement mettre en place des mesures qui contribuent à accroître la productivité et l'innovation. 

En deuxième lieu, l'économie numérique doit devenir un enjeu de première importance pour le gouvernement et ses partenaires privés et publics. Il est urgent de combler notre retard dans l'utilisation du commerce électronique et l'utilisation des dernières technologies qui donnent accès aux chaînes de valeur à l'échelle mondiale. La future stratégie numérique doit être ambitieuse, à l'exemple de celle adoptée par les pays concurrents.  

• Gains d'efficience dans les services publics. Il est impératif que les organismes publics ouvrent davantage leurs livres afin que la population connaisse les coûts réels des services. Il est sain que la population puisse connaître les écarts de coûts entre les établissements publics pour un même service. De plus, lorsque le secteur privé est capable d'offrir le service avec les mêmes standards de qualité à meilleur coût, l'État doit encourager le recours à l'entreprise privée. Voilà une autre audace constructive. 

• Migration rationnelle vers l'économie sans carbone. La FCCQ salue les efforts des gouvernements provinciaux et fédéraux de réduire les GES. Elle reconnaît que l'économie sans carbone se fera progressivement sur plusieurs décennies. Pendant cette phase de transition, il est essentiel que le Québec exploite rationnellement ses ressources naturelles et tout son potentiel énergétique. Les ressources ainsi générées faciliteront le développement des industries vertes qui ont justement besoin d'importants capitaux pour se développer. Il faut aussi rendre accessible l'argent qui s'accumule dans le Fonds vert. Osons prendre ce virage avec rationalité.

Françoise Bertrand, O.C., C.Q., présidente-directrice générale, Fédération des chambres de commerce du Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer