Lac Saint-Charles: le temps d'être rassembleur

Oui, les promoteurs ont certaines préoccupations quant au... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Oui, les promoteurs ont certaines préoccupations quant au moratoire sur les projets de construction dans le bassin versant du lac Saint-Charles, mais cela ne change rien au fait qu'ils ont à coeur l'état du lac, souligne l'auteur.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Beaucoup d'encre a coulé dans le dossier du moratoire sur les projets de construction dans le bassin versant du lac Saint-Charles. Il nous paraît d'abord important de mettre quelque chose au clair : l'APCHQ et les constructeurs qu'elle représente souhaitent, tout comme le maire de Québec et les élus de la Communauté métropolitaine de Québec (CMQ), que cette grande source d'eau potable soit adéquatement protégée. Oui, les promoteurs ont certaines préoccupations quant au dossier, mais cela ne change rien au fait qu'ils ont à coeur l'état du lac Saint-Charles. Le premier message que je voudrais que tous retiennent est que nous sommes là pour travailler avec le maire de Québec.

Ce dossier devrait d'ailleurs être abordé de cette façon : tous les acteurs doivent unir leurs efforts pour trouver les meilleures solutions. Dans notre esprit, tous recherchent le meilleur moyen d'assurer un développement respectueux de l'environnement. Nous sommes d'avis qu'il ne faut pas chercher à mettre en opposition les différents groupes, mais bien viser à les rassembler autour d'un même objectif : celui du développement durable dans ce secteur. 

Rappelons-nous d'ailleurs que l'APCHQ ne s'était pas opposée au moratoire. Elle s'y était montrée favorable tout en invitant le maire et les membres de la CMQ à s'assurer que des familles ne demeurent pas en plan avec un terrain acheté qu'elles ne pourraient finalement pas développer. Nous avions demandé aux élus de la CMQ de travailler activement dans ce dossier, avec nous, mais aussi avec tous les acteurs concernés. Notre objectif était de faire en sorte que les solutions appropriées soient trouvées, et ce, le plus rapidement possible. 

Le maire de Québec et les citoyens savent que les technologies permettant de réaliser un développement immobilier harmonieux et respectueux de l'environnement existent. Le rôle de tous les acteurs est aujourd'hui de s'assurer que ces technologies soient pleinement et adéquatement utilisées par ceux qui font les constructions résidentielles et non résidentielles. Précisons qu'elles le sont dans la forte majorité des cas, mais si des gens ne veulent pas les utiliser, nous n'avons pas à les excuser. Leurs pratiques doivent changer; c'est aussi simple que cela. 

Le moratoire sera en vigueur depuis bientôt trois mois. Le dossier peut, selon nous, avancer beaucoup plus rapidement. L'APCHQ réitère qu'elle est prête à travailler avec tous les acteurs. Nous avons été informés de l'intention du maire de Québec de nous rencontrer dans les prochains jours. Nous sommes prêts.

Le rôle du maire, et celui de tous les membres de la CMQ, est de voir à ce que tout le monde travaille autour d'un objectif commun. Les citoyens s'attendent à ce que les constructeurs fassent bien les choses. Travaillons en ce sens!

Carl Brochu, président de l'APCHQ- région de Québec 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer