Pédophilie: quand mettrez-vous fin au délai de prescription?

L'auteur de cette lettre dénonce l'inaction de la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

L'auteur de cette lettre dénonce l'inaction de la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée (photo), pour abolir le délai de prescription, une loi qui selon lui protège les pédophiles.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Lettre à Stéphanie Vallée, ministre de la Justice du Québec

La pédophilie est un fléau omniprésent au Québec. Les statistiques sont effarantes et les manchettes quasi quotidiennes à ce sujet nous donnent froid dans le dos.

Quand on parle de pédophilie Madame Vallée, on parle d'enfants qui ont été, sont et seront abusés sexuellement. Or, il y a au Québec, et seulement au Québec, une loi qui les protège : le «délai de prescription».

Vous avez été nommée ministre de la Justice le 23 avril 2014. Vos prédécesseurs Jean-Marc Fournier et Bertrand Saint-Arnaud ont tous deux posé des actions concrètes tout en laissant actif cet important dossier.

Mais vous, dès le début de votre mandat, vous avez carrément délaissé ce dossier. Mais pire encore! Vous n'avez même pas eu la décence de répondre aux lettres (mai 2014) de France Bédard et de Shirley Christensen. Ces deux victimes d'agressions sexuelles par des pédophiles ont fait les manchettes au Québec pendant des années et ont toutes deux été déboutées en cour à cause du délai de prescription. D'ailleurs, dans un mémoire de CRIPHASE, écrit en mars 2015, cet organisme dénonçait votre absence de suivi vis-à-vis la lettre de Madame Bédard et votre inaction dans le dossier du délai de prescription.

En novembre dernier, j'ai dénoncé sur les ondes votre manque de respect envers Mesdames Bédard et Christensen. Vous vous êtes alors empressée de les inviter. Le 30 novembre dernier, vous nous avez reçus, Mesdames Bédard, Christensen et moi-même. Vous nous avez alors affirmé que leurs lettres, pourtant envoyées par courrier recommandé et à des dates différentes, ne se sont jamais rendues sur votre bureau. Pire! Vous avez attribué la faute à votre secrétaire qui avait été malade. En plus, nous n'avons aucune nouvelle concrète concernant le suivi du dossier depuis notre rencontre il y a déjà deux mois.

Thomas Doyle et Gaétan Bégin (victime) vous ont écrit en novembre dernier (courrier recommandé) pour vous demander d'agir et d'abolir cet injuste délai de prescription. Il est ahurissant de constater qu'ils n'ont même pas reçu un accusé de réception. Inconcevable, Madame. C'est comme ça que votre ministère traite votre courrier!

Votre patron, le premier ministre Phillipe Couillard s'est adressé à tous les Québécois lors de son récent remaniement ministériel la semaine passée. Concernant votre tâche, il affirmait : «Nos institutions sont au coeur de notre démocratie et leur bon fonctionnement est primordial. C'est pourquoi la ministre Stéphanie Vallée continuera à améliorer l'accès de la population à notre système de justice...»

Étiez-vous à l'écoute, Madame Vallée?

Plus de cinq ans que le dossier du délai de prescription n'est pas réglé.

Plus de cinq ans que cette loi protège les pédophiles et les organisations qui les abritent.

Plus de cinq ans que les victimes du passé s'adressent aux ministres de la Justice avec espoir de voir enfin le dossier se régler et d'avoir enfin droit à la justice.

Madame, à la demande de votre chef, remplissez votre rôle : donnez accès à la justice aux victimes d'agressions sexuelles subies par les pédophiles.

Roger Lessard, Thetford Mines

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer