Pour une course à la chefferie au Bloc québécois

Gilles Duceppe... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Gilles Duceppe

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Il y a trois mois, on annonçait sur les ondes nationales que le prochain gouvernement du Canada allait être formé par le Parti libéral de Justin Trudeau et que celui-ci serait majoritaire. Les résultats de ces élections ont certainement provoqué leur lot de déceptions, notamment chez les militants néo-démocrates et conservateurs. Cela dit, malgré la défaite de Gilles Duceppe dans sa circonscription, les militants bloquistes avaient, quant à eux, 10 bonnes raisons d'être satisfaits.

En effet, au même moment, on apprenait que le Bloc québécois avait fait élire 10 députés à la Chambre des communes, c'est-à-dire six de plus qu'en 2011. Dix indépendantistes que les citoyens envoyaient à Ottawa pour les représenter et qui avaient réussi à gagner ou conserver la confiance des électeurs, et ce, alors que tous avaient annoncé pendant des mois la mort du parti.

Parmi ces 10 élus figure le jeune Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher-Les-Patriotes-Verchères. Il livrait au Devoir la semaine dernière un plaidoyer pour la tenue d'une course à la direction du Bloc québécois, ainsi qu'un appel au renouveau, idées qui furent reçues avec froideur par certaines hautes figures bloquistes. Cependant, le moment semble bien choisi pour commencer à parler d'une course à la chefferie, puisque dans un mois aura lieu un conseil général. C'est un moment idéal pour les débats d'idées et pour se questionner quant à l'avenir du parti.

Selon les données d'un sondage publié par Léger le 21 novembre dernier, 39 % des Québécois seraient pour l'indépendance, ce qui suit la tendance moyenne depuis 1995. Or, cette option est assez populaire chez les 18-24 ans, avec 42 % d'appuis, plus populaire qu'auprès des autres groupes d'âge mis à part les 55-64 ans.

Et c'est un peu pour cette raison que le parti a tout à gagner à renouveler son image et son message, ainsi qu'à se doter d'un chef qui saura rallier la jeunesse et qui aura suffisamment de temps pour préparer le terrain d'ici les prochaines élections en 2019. Il est impératif pour le Bloc québécois que la nouvelle génération embarque dans le projet indépendantiste, qui est toujours au coeur de la politique québécoise.

Il est donc temps de donner au seul parti fédéral qui représente vraiment les Québécois l'occasion de tenir des discussions quant à son avenir et par le fait même permettre aux militants de la nouvelle génération de se trouver une place au sein de la scène politique active. Et force est de constater qu'ils sont nombreux à vouloir prendre la parole et s'impliquer. On les a vus à l'automne dernier poser des pancartes, distribuer des pamphlets, afficher fièrement des macarons et poser des questions approfondies aux divers candidats lors des débats.

Si la progression du Bloc québécois intéresse ses têtes dirigeantes, celles-ci devraient résolument suivre l'élan amené par le député Xavier Barsalou-Duval. Il incarne toute la fougue et la détermination de la jeunesse militante, ce dont a grandement besoin le mouvement indépendantiste. L'heure est venue de se retrousser les manches et de travailler ensemble, dès aujourd'hui, à construire un pays.

Étienne Forest, directeur de campagne et ex-membre de l'exécutif national du FJBQ, Montréal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer