Des engrais utiles à l'environnement

L'industrie de l'entretien des espaces verts émet des... (123rf/mihtiander)

Agrandir

L'industrie de l'entretien des espaces verts émet des doutes importants quant à l'efficacité réelle et mesurable de l'interdiction d'appliquer des engrais sur les pelouses à Lac-Beauport.

123rf/mihtiander

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

La semaine dernière, la municipalité de Lac-Beauport a adopté un nouveau règlement qui interdit complètement l'application d'engrais, y compris les composts, sur les pelouses de son territoire. La Ville souhaite ainsi démontrer son leadership en matière d'environnement en protégeant notamment la santé des cours d'eau. L'industrie de l'entretien des espaces verts partage totalement cet objectif, mais émet des doutes importants quant à l'efficacité réelle et mesurable de telles actions. Rappelons que l'application d'engrais était déjà fortement contrôlée à Lac-Beauport.

Réduire la fertilisation à son seul rôle de verdissement de la pelouse est une grave erreur, tout comme de limiter les bienfaits de la pelouse à l'esthétisme. Les graminées à gazon, comme les autres plantes, procurent de nombreux bienfaits pour la santé humaine et l'environnement : lutte contre les îlots de chaleur, production d'oxygène, fixation de CO2, etc. La pelouse, grâce à sa densité élevée, est une des plantes les plus efficaces pour ralentir le mouvement de l'eau, par exemple lors de pluies abondantes, ou lors de la fonte des neiges. Plutôt que de ruisseler vers les surfaces imperméables, et éventuellement vers les égouts pluviaux, cette eau s'infiltre dans la pelouse et cette dernière agit comme un filtre en fixant les contaminants dans le sol.

Les entreprises qui offrent des services de fertilisation de la pelouse emploient des techniciens qualifiés, qui appliquent des fertilisants à dégagement lent sans phosphore, au bon moment et en quantité adéquate pour les besoins de la pelouse. Dans ces conditions, plusieurs études scientifiques menées aux États-Unis et ici même au Québec démontrent qu'une pelouse non fertilisée perd sa densité, ce qui diminue grandement son efficacité à limiter le ruissellement et peut même provoquer une augmentation des pertes en éléments nutritifs. Une fertilisation raisonnée de la pelouse est un geste positif pour l'environnement et l'interdire complètement pourrait avoir des impacts négatifs sur la santé du lac.

De plus, malgré l'adoption de ce règlement sévère, la Municipalité de Lac-Beauport a déjà annoncé qu'elle n'a pas l'intention d'augmenter le nombre d'inspecteurs sur le terrain. Cette approche ouvre la porte à une utilisation inadéquate des fertilisants, notamment par les citoyens qui peuvent toujours acheter ces produits dans les grandes surfaces et les appliquer sans respecter les règles de l'art, par exemple au-delà des doses recommandées, ou dans la bande riveraine, etc. Il est extrêmement difficile de surveiller adéquatement ce genre de pratiques. Dans les faits, ce règlement interdit l'application d'engrais par des entreprises compétentes et ouvre la porte à une utilisation inadéquate des fertilisants de façon cachée et plus risquée. L'Association des services en horticulture ornementale du Québec (ASHOQ), qui représente les entreprises en entretien des espaces verts, a démontré son ouverture pour collaborer à la mise en place d'un règlement qui atteindrait les objectifs de protection des cours d'eau tout en étant applicable; la Ville a préféré faire cavalier seul.

D'autres activités comme la déforestation et l'urbanisation ont des impacts importants sur la qualité des plans d'eau. Dans ce contexte, rappelons que Lac-Beauport a été la seule municipalité de la Communauté métropolitaine de Québec à voter contre l'instauration d'un moratoire de trois mois sur les projets de construction dans le bassin versant du lac Saint-Charles en décembre dernier. Cette incohérence flagrante soulève un doute sur l'objectif réel du règlement sur les engrais : protéger les cours d'eau ou redorer l'image verte de la ville?

Nous espérons que les citoyens et les autres élus de la région ne seront pas dupes et qu'ils percevront ce règlement interdisant l'application des engrais sur les pelouses pour ce qu'il est : un geste facile à poser, à coûts pratiquement nuls pour la municipalité, mais dont l'efficacité est à tout le moins questionnable.

Line Roberge, Ferti-Sol Plus, Stéphane Bourque, Le Groupe Vertdure, Bruno Fortin, Services des espaces verts, Philippe Caissie, Weed Man

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer