On ne peut s'improviser guide touristique

Lettre à Régis Labeaume, maire de Québec (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Lettre à Régis Labeaume, maire de Québec

«Je reviendrai dans votre merveilleuse ville!» Combien de fois ai-je entendu ce commentaire de la part de touristes venus visiter Québec à l'occasion d'une croisière ou d'un voyage où le passage ici n'était qu'une escale.

Je suis guide touristique pour la Ville de Québec et je suis toujours très fière de présenter notre ville à des gens qui s'émerveillent devant ses caractéristiques si particulières. Avant de pratiquer ce beau métier, j'avais un peu peur que le fait de répéter toujours la même chose ne devienne un peu lourd à la longue. Mais la pratique a révélé une dimension que je me permets de partager avec vous en ces temps où les autorités de la Ville semblent ignorer à quel point Québec est merveilleuse.

Chaque visite est unique. Y a-t-il des descendants irlandais dans le groupe? Écossais? On adapte le contenu en conséquence. Les personnes ont des intérêts économiques? On donne des informations pertinentes. Elles ne connaissent pas l'hiver? On ajuste notre discours. Nous avons affaire à des groupes scolaires? Il faut changer la façon de traduire notre ville. Et l'histoire dans tout ça? Elle est dans nos pierres, dans le nom des rues, dans l'architecture de l'époque Nouvelle-France, du Régime britannique ou de la période canadienne. Nos édifices religieux? Il faut savoir les éléments structurants et l'apport des communautés religieuses dans notre parcours collectif. La vie quotidienne? Il faut connaître les données : le prix des maisons, les principaux indices de la vie de tous les jours, le taux de chômage, les systèmes de santé et d'éducation au Québec et ailleurs au Canada.

Nous devons aussi prendre en considération les goûts des clients. Ils n'aiment pas marcher ou au contraire en demandent toujours plus? Ils veulent savoir où magasiner. Nous devons connaître les restaurants, leurs caractéristiques et leurs prix. On doit composer avec le temps dont nous disposons et toujours savoir où les travaux de la ville peuvent entraîner des changements au programme établi. Et tout ça en anglais la plupart du temps!

Bref, nous devons continuellement réorganiser nos contenus pour ajuster nos visites selon les clients et les circonstances. Pour ce faire, nous devons nous appuyer sur une maîtrise sans faille des connaissances afférentes. On ne peut s'improviser guide touristique si nous voulons que la Ville de Québec soit représentée dignement. Il est possible que d'autres villes canadiennes n'aient pas de guides touristiques qualifiés. Notre prétention est que la Ville de Québec présente tellement d'éléments historiques, architecturaux, culturels qu'il faut faire en sorte qu'elle provoque chez le touriste de passage le goût de revenir nous voir pour une période plus longue.

Il faut être passionné pour être guide! Nous le sommes résolument! Nous demandons simplement que les autorités de la Ville de Québec aiment leur ville autant que nous!

Louise Labelle, guide touristique, Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer