Saint-Augustin: la liberté retrouvée

L'entente Juneau-Labeaume fait que dorénavant la quote-part augmentera... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

L'entente Juneau-Labeaume fait que dorénavant la quote-part augmentera à un rythme raisonnable, selon l'auteur.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

(Québec) L'entente concernant le calcul de la quote-part d'agglomération conclue entre M. Labeaume et le maire de Saint-Augustin est une occasion à ne pas manquer. Pourquoi ? Cette entente donne des outils de développement à Saint-Augustin, mais surtout, elle assure que notre Ville aura dorénavant le contrôle sur sa destinée. Contrôle qui lui avait été enlevé lors des fusions municipales et qui est d'une absolue importance si Saint-Augustin veut éviter de devoir se refusionner à Québec un jour.

Rappelons que la quote-part actuelle est calculée à partir des besoins financiers déterminés uniquement par la Ville de Québec. Cette dernière a donc beau jeu de budgéter les projets qu'elle veut. NiL'Ancienne-Lorette, ni Saint-Augustin n'ont de pouvoirs pour éviter la flambée des coûts. Ce n'est pas pour rien que notre facture a augmenté de 111% entre 2008 et 2014. 

L'entente Juneau-Labeaume fait que dorénavant la quote-part augmentera à un rythme raisonnable. Désormais, seule l'inflation et le nombre de nouvelles unités d'habitation entreront dans le calcul (avec un léger ajustement, pour des fins d'équité, selon le poids de la richesse foncière de Saint-Augustin versus celle de L'Ancienne-Lorette). Finie la carte blanche donnée légalement à Québec pour s'approprier des revenus des municipalités liées. Finies les factures de dernière minute, souvent pour des projets d'agglomération que nous ne pouvons pas nous payer, mais auxquels nous sommes obligés de participer financièrement. Finies les ponctions financières sans explications.

Les choix de la Ville de Québec n'influenceront plus ni notre compte de taxes ni notre capacité de développement et sa dette ne nous concernera plus. Fini de payer pour des équipements qui devraient être financés par toute la région et pas juste l'agglomération. Ne serait-ce que pour ça, bien qu'elle ait plusieurs autres avantages, l'entente est hautement souhaitable. 

Nous aurons retrouvé la possibilité de prospérer à nouveau (une fois remboursée l'indécente dette laissée par l'administration Corriveau). Une perspective beaucoup plus enviable que celle de se refusionner.

Louise Bissonnette, Saint-Augustin-de-Desmaures

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer