L'homme qui aimait les villes

Selon Serge Viau, qui a été haut fonctionnaire... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Selon Serge Viau, qui a été haut fonctionnaire à la Ville pendant 28 ans, la ville de Québec doit beaucoup à Jean-Paul L'Allier (ci-dessus en novembre 2015).

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Il aimait la ville, il aimait toutes les villes. Il aimait profondément la ville de Québec. Il lui a donné une nouvelle vie; il l'a embellie. Il l'a fait entrer dans l'ère de la gestion moderne, actuelle.

Il savait écouter, d'abord et avant tout. Il tenait compte du point de vue des autres. Mais il avait aussi un extraordinaire pouvoir de conviction. Il avait beaucoup d'idées, mais il excellait à faire les synthèses finales.

Il avait une large culture; il pouvait discuter de tout, sans ostentation, sans prétention. Il avait de l'humour, il aimait blaguer. Il était d'agréable compagnie. Il s'emportait quelquefois, jamais il ne gardait rancoeur.

La ville de Québec doit beaucoup à Jean-Paul L'Allier. Des réalisations remarquables qui font déjà partie de l'histoire. Il a chamboulé le vieux concept américain du centre-ville commercial pour lui donner des vocations nouvelles, multiples, plus porteuses d'avenir : arts et culture, haute technologie, grandes maisons d'éducation et de savoir, vie urbaine plus jeune et plus animée, habitation de tous types. Il a eu le courage de commencer par un jardin, pour changer la perception négative du moment. Pour susciter une nouvelle fierté.

Il a, plus que les autres maires, misé sur l'embellissement des espaces publics et la création de parcs urbains, du plus petit (place de la FAO) au plus grand parc linéaire de verdure du Québec (la rivière Saint-Charles), de la petite rue (côte Badelard) au grand boulevard (René-Lévesque). Il a multiplié partout les oeuvres d'art et les monuments commémoratifs, au centre comme dans tous les quartiers. La ville est devenue un lieu de découvertes.

Conseils de quartier

Il a donné au citoyen un pouvoir de contribuer à l'édification de la ville et à la vie collective, par la création des conseils de quartier. C'était l'accomplissement dont il était le plus fier, disait-il. Et avec raison, puisqu'il s'agit là d'un incontournable de la gestion urbaine contemporaine, partout dans le monde. Ainsi, les quartiers se consolident, deviennent des milieux de vie, des lieux identitaires, tous différents les uns des autres, mais tous appropriés par la population qui y réside. Il souhaitait des citoyens impliqués, jugeant que ceux-ci donnent plus de force à la ville tout entière.

Il a contribué à la renommée internationale de la ville, en créant l'Organisation des villes du patrimoine mondial dont le siège est installé à Québec et qu'il a présidée pendant une dizaine d'années. Il aimait les villes qui savaient être à la fois patrimoniales pour consacrer le lien du passé, et évolutives pour forger l'avenir. Concilier patrimoine et modernité était son objectif quotidien, éviter les ruptures brusques, miser sur l'harmonie. C'est là le lot de ces milliers de villes patrimoniales qui foisonnent sur la planète, qu'elles soient inscrites au patrimoine mondial ou non.

Il a aussi ardemment travaillé à renforcer le rôle de capitale que jouait Québec, d'abord comme consultant auprès de la Ville, et ensuite comme maire, en insistant sur le renforcement des institutions gouvernementales et sur le développement des équipements et des organismes culturels, tels les musées, les théâtres, les orchestres, les salles de concert, les regroupements d'artistes. Nulle capitale ne peut négliger ces fonctions complémentaires. On lui doit aussi la création de la Commission de la capitale nationale qui joue un rôle clé à cet égard.

Et puis, cette vision d'une grande ville unifiée, plus forte, plus dynamique qu'il a su partager, faire adopter et organiser. Tous conviennent que cette fusion fut une réussite à Québec. Il a su naviguer dans l'adversité et en minorité, pour faire la grande ville qu'on connaît aujourd'hui : la ville solide, influente, vivable, conviviale, chargée de potentiel, tournée vers l'avenir.

Pendant 16 années, il a su mobiliser les citoyens et les citoyennes, la fonction publique tout entière, les partenaires gouvernementaux, les intervenants économiques. Il était un véritable leader.

Monsieur le maire L'Allier, vous pouvez vous reposer en paix, Québec ne vous oubliera jamais.

Serge Viau

Haut fonctionnaire à la Ville de Québec pendant 28 ans, dont directeur général de 1995 à 2002

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer