Rosario Tremblay, grand coopérateur

Rosario Tremblay était à l'inauguration de la Place... (Photo fournie par le Mouvement Desjardins)

Agrandir

Rosario Tremblay était à l'inauguration de la Place de la Coopération à Lévis, cet été. Il est entouré du maire Gilles Lehouillier, de l'ancien président du Mouvement Desjardins, Alban d'Amour, de la présidente actuelle, Monique F. Leroux et de Michel Rouleau, ancien président de la Fédération des caisses populaires de Québec.

Photo fournie par le Mouvement Desjardins

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le 8 décembre dernier décédait Rosario Tremblay, 105 ans, au terme d'une vie consacrée tout entière à la coopération.

Rosario Tremblay avait passé 50 ans à l'emploi du Mouvement Desjardins, dont près de la moitié à la direction du service d'inspection des caisses, où il s'était fait l'artisan d'une culture de rigueur administrative et d'intégrité qui a beaucoup contribué à l'essor du réseau. Il avait ensuite fait sa marque dans les relations internationales, préparant le terrain à un partage d'expertise avec les pays en développement et à la création, en 1970, de Développement international Desjardins.

S'il était fier des succès économiques des coopératives, il retenait surtout leur contribution à l'éducation des personnes. Il voyait la coopération comme une école de formation tant pour les dirigeants élus, qui acquièrent dans la pratique de solides connaissances administratives, que pour les membres qui apprennent la prise en charge et l'autonomie. Toute sa vie, il a porté cet idéal. À 82 ans, toujours aussi fervent, il a fondé à Lévis une coopérative de services à domicile dans le but de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Quelques années plus tard, il prenait part à la fondation de la Fédération des coopératives de services à domicile et de santé du Québec qu'il a présidée pendant quatre ans.

Rosario Tremblay était peut-être le dernier représentant de cette grande cohorte de bâtisseurs qui, vers la fin des années 30, s'étaient mobilisés pour sortir le Québec de la crise et lui fournir des outils de développement au moyen de la coopération et de la mutualité, pratiquées dans l'esprit du catholicisme social.

Le père Georges-Henri Lévesque, Cyrille Vaillancourt, Gérard Fillion, René Paré, Victor Barbeau, Berthe Louard, Esdras Minville comptaient parmi les têtes d'affiche du groupe. Ses initiatives, qui se déployaient au sein des petites collectivités dans toutes les régions du Québec, étaient peu remarquées à l'époque. On a pu, quelques décennies plus tard, en apprécier toute la fécondité. Le Québec leur doit énormément. Non seulement du point de vue de son économie, mais aussi du point de vue de sa culture empreinte de démocratie et d'humanisme.

Pierre Poulin, historien du Mouvement Desjardins

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer