De l'inégalité au Québec

Un lecteur compare la situation des médecins avec... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Un lecteur compare la situation des médecins avec celle des travailleurs du secteur public.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le front commun syndical des employés de l'État recommandera à ses membres d'accepter les offres salariales du gouvernement. Même s'il y a un gain, par rapport aux premières offres, ces augmentations n'augmentent pas grand-chose, à vrai dire; elles évitent de peu l'appauvrissement.

Cela dit, quand on compare le sort de ces travailleurs avec le traitement royal réservé aux médecins, il y a de quoi être estomaqué. Ces derniers ont reçu des hausses annuelles quasi comparables à celles que les employés de l'État recevront pour cinq ans. Le plus étonnant, pour ne pas dire le plus indécent dans cette histoire, est qu'une clause remorque prévoit que toute augmentation donnée au secteur public doit aussi être accordée aux médecins. Vous avez bien lu : cette augmentation accordée au secteur public va s'ajouter à celles déjà prévues pour les médecins (Tommy Chouinard, La Presse, 4 décembre 2015). On peut imaginer les hésitations de M. Coiteux à délier les cordons de la bourse : moins il accordait au secteur public, moins il remplissait, encore une fois, le portefeuille déjà bien garni des médecins.

Je ne veux pas ajouter encore au «médecin bashing» auquel on assiste depuis un certain temps. D'ailleurs, beaucoup parmi eux ressentent un malaise devant cette situation. Par exemple, le regroupement Médecins québécois pour le régime public a eu le courage de dénoncer ces hausses pendant que l'austérité était réservée aux autres. Je cherche plutôt à dénoncer un système qui accentue les inégalités sociales et ternit une profession.

On dira : les médecins rendent des services et, avec leur salaire, ils paient beaucoup d'impôts. Ils font donc leur juste part.

Il faut nuancer ces objections. La productivité, hélas, n'est pas toujours au rendez-vous. Augmenter la rémunération ne fait pas en sorte que plus de gens soient soignés ou que chacun ait son médecin de famille. Il y aurait même une baisse moyenne de 10 % (Tommy Chouinard, La Presse, 17 décembre 2015). Un jeune médecin spécialiste a même déjà confié à Robert Poupart, ex-principal de l'Université Bishop's : «Je travaille trois jours par semaine et je fais déjà quelques centaines de milliers de dollars par année. Pouvez-vous me dire pourquoi je travaillerais plus?» (La Tribune, 31 mai 2015).

Concernant les impôts : en plus de tous les évitements fiscaux possibles, que ne peuvent se permettre les salariés à faible revenu, les médecins ont la possibilité de s'incorporer. En langage clair, ils ont la possibilité de payer proportionnellement beaucoup moins d'impôt que tout autre salarié. Est-ce cela, faire sa juste part?

Questionner le système

Encore une fois, il ne s'agit pas de s'en prendre à des individus, mais de questionner un système qui gangrène la situation. Ce système contribue à jeter un discrédit sur cette profession qui perd de son lustre à cause de cette question monétaire. [...]

Il ne s'agit pas non plus de vouloir égaliser tous les revenus, cela n'aurait aucun sens. Comme le disait le philosophe américain John Rawls, l'auteur de Théorie de la justice, en général on s'accommode plutôt bien des différences de richesse, à la condition que l'égalité des chances soit assurée et que ces différences puissent venir en aide à tous : à ceux qui ont besoin de ces professionnels et surtout aux plus démunis.

Cette situation d'inégalité grimpante ne peut être collectivement profitable. Les épidémiologistes Richard Wilkinson et Kate Pickett ont montré, dans leur ouvrage The Spirit Level (2009), que ce n'est pas la richesse absolue d'une nation qui fait le bonheur des sociétés, mais une richesse relative, c'est-à-dire une richesse mieux distribuée. Plus une population est affectée par les inégalités, plus les disparités sont grandes, plus les problèmes de maladie, de stress, de drogue, de délinquance, de défiance, etc., ont tendance à survenir. Ce genre de société n'augure rien de bon pour quiconque, y compris pour les mieux nantis.

Bref, le gouvernement actuel contribue grandement à creuser les inégalités sociales. Les écarts de revenus augmentent de plus en plus entre une classe de privilégiés et une classe moyenne et moyenne inférieure dont les revenus médians ne bougent pratiquement plus depuis 30 ans (en dollars constants).

René Bolduc, professeur

Cégep Garneau

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer