Soyons prévoyants, notre avenir en dépend

L'urgence de changer nos habitudes pour freiner le... (Associated Press)

Agrandir

L'urgence de changer nos habitudes pour freiner le réchauffement de la planète est palpable, selon un lecteur.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

La fin d'une année est un moment propice pour poser un regard sur les 12 derniers mois et pour déterminer ce que nous voulons pour les 12 prochains. Ce que je souhaite pour 2016, c'est que nous soyons, au Québec à tout le moins, prévoyants et réalistes.

La nature humaine est ainsi faite que nous allons de l'avant peu importe les événements. Le souvenir d'une situation douloureuse s'estompe et nous continuons notre chemin. Cela est très positif puisque nous ne restons pas immobiles et passifs; cela a certainement contribué à faire en sorte que notre race existe encore. Par contre, ce trait de caractère a un côté négatif. Notre capacité de changement est très rarement utilisée tant que nous ne faisons pas face à une catastrophe ou à un événement tragique.

Lac-Mégantic, L'Isle-Verte, viaduc de la Concorde, elle est longue, la liste des situations où une prévention défaillante a été un des éléments ayant contribué à la survenue d'une tragédie.

Anticiper et prévoir est trop souvent abstrait et lointain, sans parler qu'il y a des coûts dont la rentabilité ne peut être calculée. Alors, nous continuons à aller de l'avant sans trop nous soucier du futur.

C'est pour cela que certains d'entre nous continuent de conduire avec des facultés affaiblies, de texter au volant, de fumer, de ne pas porter nos équipements de protection individuel au travail, notre casque en vélo, etc.

C'est pour ces mêmes raisons qu'en tant que race, nous mettons si peu d'efforts à lutter contre les changements climatiques, malgré des données scientifiques inéluctables.

Ayant eu la chance de me rendre en Scandinavie plusieurs fois, j'ai été impressionné par une chose dans leur mode de vie. Rapidement, on sent que les habitants de ces pays, probablement en raison de leur longue histoire, ont développé un mode de vie en pensant au bien-être des enfants de leurs enfants. Tout sauf du court terme.

En cette période où l'urgence de changer nos habitudes pour freiner le réchauffement de la planète est palpable, faisons en sorte de faire comme les Scandinaves et de penser à long terme et n'attendons pas des événements traumatiques pour apporter les changements qui s'imposent.

À défaut de pouvoir convaincre nos voisins au pays de l'oncle Sam qu'il faut passer à l'action, soyons avant-gardistes pour poser les gestes qui assureront un monde viable et sain pour nos enfants et les leurs. Pensons à long terme et pas seulement pour planifier notre retraite.

Pierre Gagnon

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer