Exercices d'incendie: plus de mal que de bien?

Récemment, ma mère (92 ans) a vécu, dans sa résidence, les affres d'un exercice... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Récemment, ma mère (92 ans) a vécu, dans sa résidence, les affres d'un exercice d'incendie. Comme elle, plusieurs résidents l'ont vécu comme un choc, un stress inimaginable pour les plus jeunes. Depuis, ma mère n'est plus la même. Elle a même dû être hospitalisée tellement elle n'avait plus de forces après cette hausse d'adrénaline qui lui a permis de survivre à la journée, mais pas aux lendemains.

Compte tenu des conséquences très néfastes sur elle et sur bien d'autres personnes, je m'interroge sur la pertinence de ces exercices dans des résidences de personnes âgées. Si on comprend l'utilité de tels exercices dans des écoles, dans des édifices à bureaux, où on observe une certaine stabilité du personnel impliqué, je me demande si cela s'applique dans une résidence comme celle où vit ma mère. S'il y avait vraiment un incendie, je suis certaine que la majorité des résidents, à cause du stress, ne se souviendraient même pas des consignes. De plus, une bonne partie des résidents seront des nouveaux qui n'auront jamais vécu un exercice d'incendie. Quant au personnel, le roulement est tellement important dans ces établissements qu'il aura été lui aussi en grande partie absent de cet exercice.

En outre, la résidence où ma mère habite est équipée de gicleurs et de détecteurs de fumée. Elle semble aux normes et n'est-ce pas cela le plus important?

Ce qui compte aussi, c'est que le personnel soit bien formé et au fait des gestes à poser en cas d'incendie. Il me semble que les efforts et les exigences devraient être orientés vers ce personnel.

Mais doit-on faire vivre ce stress inutile aux personnes âgées? En 2015, on n'a pas d'autres moyens de former le personnel qu'en faisant vivre cette expérience aussi catastrophique et inutile aux résidents? J'aimerais bien savoir d'ailleurs combien de vies de personnes âgées ont été sauvées grâce à ces exercices d'incendie. Je doute que la liste soit bien longue. Les morts de L'Isle-Verte n'ont pas été causées parce qu'il n'y avait pas eu d'exercice d'incendie. Bien d'autres raisons expliquent ce drame.

Alors, autorités de la sécurité publique, ne pourriez-vous pas regarder d'un peu plus près les conséquences dévastatrices sur les personnes âgées de ces exercices et examiner d'autres moyens d'assurer leur sécurité? Avant d'organiser le prochain exercice d'incendie dans une résidence pour personnes âgées, pensez-y bien.

Diane Guilbault, Deschambault

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer