Nouveau premier ministre, nouvelle vision de la prostitution?

80 % des prostituées sont des femmes et... (La Presse Canadienne, Jonathan Hayward)

Agrandir

80 % des prostituées sont des femmes et 99 % des acheteurs sont des hommes.

La Presse Canadienne, Jonathan Hayward

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Le premier ministre Trudeau semble incarner le vent de changement dont le Canada avait besoin après une décennie de politiques conservatrices. Est-ce que la vision de la prostitution et de l'exploitation sexuelle fera partie de cette brise libérale? Je l'espère. Le 6 décembre 2014, la Loi sur la protection des collectivités et des personnes victimes d'exploitation (Loi C-36) est entrée en vigueur.

Le Canada fait donc partie des pays qui ont adopté, en matière de prostitution, un modèle dit nordique (ou modèle égalité), celui qui prévaut en Suède depuis 1999. Pour une seule fois en presque 10 ans, je me réjouissais d'une décision des conservateurs, un parti que j'ai exécré pour la multitude de torts causés aux femmes en matière d'équité, de justice sociale, dans le dossier des femmes autochtones et j'en passe.

La loi C-36 comporte des failles. Le nouveau gouvernement se doit d'y remédier et d'enlever toute criminalisation possible d'une femme en situation de prostitution. Deux situations peuvent encore permettre aux autorités d'arrêter une femme pour racolage. J'implore le premier ministre Trudeau de retirer ces deux clauses et de supprimer toute accusation criminelle passée en lien avec la sollicitation. Ces femmes doivent être blanchies en guise de reconnaissance des facteurs qui ont pu les mener vers la prostitution (précarité, passé violent, emprise d'un tiers, etc.). L'heure est venue de mettre en application la loi, en concertation avec les groupes communautaires, et d'allouer des sommes d'argent généreuses, destinées à aider les femmes qui le veulent à sortir du milieu.

Le milieu féministe s'entredéchire encore sur la question. Pour certaines, la prostitution est une affaire de choix individuel, de liberté de disposer de son corps. Soit. Mais peut-on se concentrer sur la vaste majorité pour qui la prostitution est le résultat d'une absence de choix? Celles qui le font occasionnellement, parce que la fin du mois est proche, que les études sont dispendieuses, que l'arrivée dans un nouveau pays est rude ou parce que la consommation quotidienne de drogue est chère?

Le modèle nordique adopté il y a plus de 15 ans en Suède, et par la suite en Norvège et en Islande, a fait ses preuves. Dans ces pays, les proxénètes sont traqués par les forces policières et le moindre réseau de traite peut facilement être stoppé. Un Suédois qui souhaite tout de même acheter un acte sexuel devra au moins faire quelques efforts, contrairement au Montréalais qui, lui, «peut commander une femme comme on se fait livrer une pizza», comme l'affirme Dominic Monchamp, sergent-détective au SPVM, dans Le Commerce du sexe, d'Ève Lamont.

Les pays qui ont décriminalisé la prostitution voient les femmes en payer le prix : hausse de la traite pour répondre à l'augmentation du nombre de clients, conditions moins sécuritaires pour les femmes puisque les corps policiers n'interviennent plus, demandes des clients de plus en plus extrêmes, tourisme sexuel exacerbé et baisse des tarifs à l'acte, donc moins d'argent dans les poches des femmes. Légaliser la prostitution en prétextant que les femmes seront plus en sécurité, c'est oublier qu'une fois dans un bordel légal, tout peut arriver sans que les services de police puissent intervenir. Le modèle nordique est le seul à offrir une protection aux femmes : comme seul le client est dans l'illégalité, la femme peut porter plainte, sans craindre d'être inquiétée par la loi, si l'homme est violent.

Les statistiques les plus récentes le prouvent : 80 % des prostituées sont des femmes et 99 % des acheteurs sont des hommes. J'ose espérer que le gouvernement Trudeau aille de l'avant et fasse du Canada un pays qui considère la prostitution et l'exploitation sexuelle comme un frein à l'atteinte de l'égalité hommes-femmes.

Martine B. CôtéQuébec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer