Redonner la dignité

Steven Ross, coprésident de la campagne de financement... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Steven Ross, coprésident de la campagne de financement 2015 Centraide Québec et Chaudière-Appalaches

Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Nous vivions neuf dans un quatre-et-demi du quartier Limoilou. C'était vers le milieu des années 70, à Québec. Ma mère était monoparentale et prestataire de l'aide sociale. Joindre les deux bouts était un véritable tour de force pour elle, une vraie battante.

Quant à moi, j'avais huit ans et ma principale préoccupation était de me faire des amis à l'école. Un jeu populaire au primaire était l'échange des lunchs à l'heure du dîner. Débrouillard comme ma mère, j'y voyais bien plus qu'un amusement. J'avais transformé ce jeu en une opportunité de manger à ma faim. Mais ma boîte à lunch ne faisait pas le poids, au sens propre comme au figuré. Mes camarades de classe l'ont rapidement réalisé et se sont mis à m'exclure de leurs échanges.

D'aussi loin que je me souvienne, c'est la première fois que j'ai ressenti une gêne profonde. Un sentiment désagréable qui vient de pair avec la pauvreté et avec lequel on doit apprendre très vite à vivre pour diverses raisons :

- les vêtements que l'on porte;

- l'endroit où l'on vit;

- le téléphone que l'on n'a pas.

À cela s'ajoute la gêne de ne pas avoir les sous pour participer aux activités parascolaires et de devoir se déclarer malade pour éviter de le dire.

Dans les moments les plus difficiles, ma famille a pu compter sur les bonnes soeurs, l'église Saint-Pascal, la Société Saint-Vincent-de-Paul et le Centre Monseigneur Marcoux qui nous appuyaient de diverses façons.

Grâce à leur aide, au dévouement exceptionnel et à l'amour inconditionnel de ma mère, j'ai réussi avec beaucoup de travail et de détermination à me défaire de l'emprise de la pauvreté.

Marqué par cette expérience, je me suis engagé tôt dans des causes sociales venant en aide aux moins bien nantis.

Aujourd'hui président et chef de l'exploitation au sein d'un important groupe financier de Québec, je poursuis mon implication auprès des plus démunis en tant que coprésident de la campagne de financement 2015 de Centraide.

Parce que je n'oublierai jamais d'où je viens et l'aide que nous avons reçue.

Dans notre grande région, une personne sur cinq bénéficie de l'aide des 200 organismes et 19 projets communautaires qui reçoivent du financement de Centraide, une organisation d'une efficacité remarquable et essentielle à notre collectivité. L'an dernier, 91 % des dons ont été remis aux ressources du milieu.

Néanmoins, les besoins augmentent d'année en année. L'objectif en 2015 est de récolter 500 000 $ de plus que l'an passé.

À l'approche du temps des Fêtes, je fais appel à la générosité de tous les citoyens des régions de Québec et de la Chaudière-Appalaches afin de redonner dignité et espoir à ceux qui en ont le plus besoin.

Votre don à Centraide peut changer des vies pour la vie. J'en suis la preuve vivante.

Steven Ross, coprésident de la campagne de financement 2015

Centraide Québec et Chaudière-Appalaches

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer