Solidarité oui, improvisation, non

Il ne peut y avoir de solidarité réussie... (AP, Marko Drobnjakovic)

Agrandir

Il ne peut y avoir de solidarité réussie à l'égard des réfugiés sans qu'au préalable on ait su, en haut lieu, attacher toutes les ficelles d'un plan d'accueil digne de ce nom.

AP, Marko Drobnjakovic

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élans de solidarité viennent du coeur, et on ne peut que se féliciter de ce mouvement spontané qui illustre bien notre sens des valeurs. Toutefois, la mise en oeuvre d'actions qui découlent de cette solidarité doit faire appel à la raison, aux mesures «pratico-pratiques» et à une approche intégrée où est évacuée toute improvisation.

Ainsi, il serait utile et rassurant de savoir - ce qui n'est pas le cas - comment s'articulent les interventions des ministères, qu'il s'agisse de celui de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, de la Sécurité publique, de la Santé et des Services sociaux, du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, de l'Éducation, etc. Sans oublier, par ailleurs, la participation incontournable du Secrétariat à la condition féminine pour tout ce qui a trait au Dossier égalité et cultures que pilote cet organisme.

Bref, il ne peut y avoir de solidarité réussie et soutenue à l'égard des réfugiés sans qu'au préalable on ait su, en haut lieu, attacher toutes les ficelles d'un plan d'accueil digne de ce nom. Pour l'instant, le silence entourant les moyens et la manière d'accueillir les réfugiés a de quoi laisser perplexe. Tout se passe comme si du côté du gouvernement fédéral on attendait le retour du premier ministre en sol canadien pour nous instruire de ce qui se fait à ce niveau. Du côté du gouvernement du Québec, on se dit prêt, mais le tableau exhaustif de planification, les actions prioritaires à mettre en place et l'élémentaire programme de suivi des réfugiés demeurent à ce jour invisibles. Cela ne fait qu'accentuer la perception, ou, pire encore, le constat d'une précipitation et d'une improvisation qui ne pourra que laisser des séquelles.

L'accueil des réfugiés, est-il bon de le préciser, est un travail d'organisation, de synchronisation et de passerelles entre les différents paliers de gouvernement (fédéral, provinciaux, municipaux), les organismes d'aide, ONG et autres, et la société civile négligée et peu informée dans cette importante aventure. Ce n'est qu'avec la prise en compte de tous ces liens que l'on peut espérer réussir ce projet d'envergure. Accueillir est une chose, assurer le maintien de la solidarité post-accueil en est une autre.

Sophie-Laurence Lamontagne, ethnologue, Lévis

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer