Trudeau: la société fraternelle

Le nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le nouveau premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

À en croire les commentateurs du monde entier, l'arrivée spectaculaire de Justin Trudeau aux commandes du Canada suscite un véritable engouement planétaire. Après avoir constaté que l'annonce de ses politiques anti-austérité pourrait avoir un effet d'entraînement bénéfique pour les nombreux autres pays aux prises avec la récession, John Cassidy écrit dans l'édition du 21 octobre du très sérieux New Yorker: «Let's hope so. The eyes of the world will be on Canada.»

Mais ce n'est pas seulement pour les enjeux économiques que le monde entier a maintenant les yeux tournés vers le Canada. Cette élection marque un réel espoir, à la fois pour les Canadiens, fatigués d'une décennie d'un gouvernement régressif et obtus, et pour les vrais démocrates et progressistes de tous les pays. La curiosité et les attentes sont un peu comparables à celles qu'avait suscitées l'élection d'Obama en 2008. Même si plusieurs avouent aujourd'hui leur déception au sujet de ce dernier, je pense au contraire que son bilan, vu la faible marge de manoeuvre qu'il avait face à un Congrès hostile, est tout à fait honorable et sera bientôt reconnu. Il faut dire qu'un président américain, celui qu'on dit «l'homme le plus puissant de la planète», a dans les faits beaucoup moins de pouvoir qu'un premier ministre canadien, surtout élu de façon majoritaire.

Les nombreux blasés de la politique, sceptiques ou autres cyniques ne se font pas non plus d'illusion sur Justin Trudeau et pensent que, comme c'est trop souvent la norme, les réalisations concrètes ne seront pas à la mesure de l'image et des beaux discours. Il est vrai que les obstacles et les entraves ne manqueront pas et ne seront probablement pas tous le fait des seuls adversaires politiques. Il faudra à notre nouveau premier ministre une volonté et une ténacité à toute épreuve, car le mandat est double: revenir aux vraies valeurs du Canada et instaurer une nouvelle vision qui lui est propre.

La liste est longue des mesures et attitudes conservatrices qu'il va falloir renverser, entre autres l'indifférence face aux défis climatiques, les menaces aux droits et libertés individuels, l'insensibilité à l'égard des Premières Nations, le mépris de la science et des scientifiques, la partialité idéologique dans les rapports internationaux, etc. Il faudra mettre en oeuvre de nouvelles politiques environnementales audacieuses, rétablir la primauté du droit et la valeur de la citoyenneté canadienne, reprendre un rôle actif au sein des Nations Unies... Quant à l'armée, elle devra, tout en assurant une défense efficace du territoire notamment en Arctique, objet de toutes les convoitises, reprendre son rôle traditionnel de gardien de la paix internationale et de résolution de conflits, sous l'égide de l'ONU.

En renouant avec la mission profonde du Canada, avec son «génie» propre, ou «l'âme» du pays, Justin Trudeau peut insuffler un nouvel idéal, plus progressiste, vert et fraternel, qui sera alors une source d'inspiration pour le monde entier. Le Canada doit se faire hardiment le champion effectif de la tolérance et de la paix dans le monde, et le nouveau gouvernement doit rétablir des programmes comme Katimavik et Jeunesse Canada-Monde, qui contribueront à orienter les jeunes vers des avenues plus positives que parviennent maintenant à leur offrir certaines idéologies radicales ou nihilistes.

Beaucoup de sociétés ont su faire avancer la cause de la liberté et de l'égalité dans le monde, mais la fraternité est demeurée l'élément le plus négligé de la triple devise de la Révolution française. Et qu'est-ce que la fraternité, sinon le sentiment d'unité intime que l'on partage avec tous les êtres? Le monde est un, c'est ce que nous disent les scientifiques, et cette unité déborde le cadre humain et englobe la nature ainsi que toutes ses créations. Comment peut-on nuire à l'environnement quand on a ce sens de fraternité, de solidarité ou de proximité avec tout ce qui nous entoure? Après la «société juste», qu'a su mettre en oeuvre Pierre-Elliott Trudeau il y a quelques décennies, saluons aujourd'hui l'avènement de la «société fraternelle», que Justin Trudeau, avec notre aide et nos prières, est apte à réaliser.

Christian Feuillette, ex-candidat libéral à l'élection fédérale de 2008, Montréal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer