Encore une autre partielle: pourquoi pas Sol Zanetti?

Sol Zanetti, chef d'Option nationale... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Sol Zanetti, chef d'Option nationale

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Comme la plupart des militants de notre parti, nous sommes abasourdis d'apprendre que Stéphane Bédard quitte la vie politique. De plus, nous sommes désappointés que M. Bédard compte toucher son indemnité de départ, et ce malgré le fait que notre parti dénonce une telle pratique depuis plusieurs années. Cependant, tel n'est pas le sujet principal de notre lettre. Avec le départ de M. Bédard, des élections partielles sont à prévoir et le Parti Québécois devra bientôt choisir son candidat. Notre suggestion: Sol Zanetti, chef d'Option nationale.

Le soir de son élection à la direction du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a lancé un appel au rassemblement des souverainistes. Lors du rassemblement du Bloc Québécois du 3 octobre, MM. Péladeau et Zanetti ont uni leur voix pour parler d'une large coalition souverainiste en vue des élections de 2018.

La candidature du chef d'ON pour défendre la bannière du PQ dans Chicoutimi pourrait être la pierre d'assise de ce grand ralliement des forces indépendantistes. Déjà bon nombre de militants d'ON s'est joints au rang des péquistes pour faire la promotion de la souveraineté. Nos partis collaborent depuis bientôt un an, notamment en organisant conjointement des événements souverainistes. L'implication de militants du PQ dans la promotion et la distribution du Livre qui fait dire oui d'Option nationale est un bon exemple de cette collaboration transpartisane.

L'orchestration du retour des militants d'ON dans les rangs du PQ serait grandement favorisée par une telle démonstration d'ouverture. En joignant leur équipe de militants à celle du Parti Québécois, nous pourrions affronter les élections de 2018, plus forts, bien préparés, unis et avec un meilleur argumentaire sur l'indépendance du Québec. Bien que nous n'ayons jamais été membres ou militants d'Option nationale, nous comprenons les convictions et raisons qui ont poussé ses membres à déserter le camp péquiste en 2011. Or, nous croyons que ces critiques ont été entendues par notre parti. Pour preuve, jamais nous n'avons autant parlé de souveraineté. Peut-être est-il temps que tous ces acteurs se réunissent au sein d'un même parti pour créer une conjoncture en vue de la prochaine élection?

D'aucuns évoqueront l'argument qu'au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il est inusité de présenter un candidat-vedette plutôt qu'un candidat local et que M. Zanetti est originaire de Québec et non de la région. À ces gens, nous rétorquerons que cela n'a aucunement empêché notre premier ministre de devenir le député de Roberval aux dernières élections.

Cette réflexion nous amène à nous poser deux questions. En premier lieu, est-ce que M. Zanetti serait intéressé à se joindre au Parti Québécois pour représenter les gens de Chicoutimi et faire avancer la cause souverainiste sur les bancs de l'Assemblée nationale? En second lieu, est-ce que M. Péladeau serait ouvert à accueillir le chef d'Option nationale dans son équipe parlementaire?

Nous croyons profondément que l'union de nos forces nous mènera à la victoire.

Charles Picard-Duquette, président des jeunes péquistes de l'Estrie

Alexandre Dubé, président de l'Association péquiste de l'Université de Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer