La collecte sélective, c'est bien; la consigne, c'est mieux

Lettre à Éric Salvail, porte-parole d'Éco Entreprises Québec (Archives La Presse, Bernard Brault)

Agrandir

Archives La Presse, Bernard Brault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Lettre à Éric Salvail, porte-parole d'Éco Entreprises Québec

Cher Éric,

Comme toi, je suis préoccupée par la dégradation de l'environnement et je travaille à faire connaître des alternatives, comme la consigne des bouteilles de vin et de tous les contenants de boisson. En ce qui te concerne, ton engagement envers la cause environnementale a pris la forme de la promotion de la collecte sélective en devenant porte-parole d'Éco Entreprises Québec (EEQ). Or, comme tu le sais peut-être, EEQ, c'est aussi le regroupement bacs+, qui est le réseau des lobbyistes pro-collecte au Québec et un farouche opposant à l'élargissement de la consigne. Dans ce contexte, j'aimerais t'entretenir de certains éléments que bacs+ et EEQ n'ont peut-être pas jugé bon d'aborder avec toi.

Comme tous les écologistes de coeur que nous sommes, tu as sûrement été séduit d'entendre EEQ mentionner que la collecte sélective dessert 99 % de la population du Québec et récupère près de 60 % des matières recyclables. Dans ce cas, pourquoi gaspiller l'argent des contribuables pour dédoubler le système avec une consigne, me demanderas-tu? Parce que la récupération est une chose et le recyclage en est une autre. En effet, la récupération correspond à la collecte des matières, tandis que le recyclage est un processus qui permet de donner une autre vie à la matière récupérée. Évidemment, le lobby fait tout pour entretenir cette confusion. Il n'est pourtant pas question pour moi d'opposer collecte sélective et système amélioré de consigne qui sont deux modes différents de récupération qui se complètent. 

Savais-tu que le verre est recyclable à l'infini et que 100 % du verre récupéré par la consigne est recyclé comparativement à 37 % pour le verre recueilli par la collecte sélective?  Malheureusement, la grande majorité du verre de la collecte sélective est plutôt utilisée comme couches de recouvrement journalières dans les sites d'enfouissement, une application qu'on ne peut pas qualifiée d'écologique.

Je te rappelle aussi que la consigne permet de réduire la production en amont des gaz à effet de serre à l'étape de l'extraction des ressources naturelles. Pour répondre aux engagements que le gouvernement du Québec s'apprête à prendre dans le cadre de la Conférence de Paris sur les changements climatiques, la consigne fait partie de la solution.

Cet hiver, plus de 15 000 personnes ont signé une pétition en faveur de la consigne des bouteilles de vin. Un sondage nous apprenait que plus de 80 % des Québécois(es) appuyaient cette mesure. Québec solidaire répète depuis des années que la consigne serait le levier le plus efficace et le plus économique pour permettre le tri à la source et profiter au maximum de la valeur des matières recyclables. L'expérience de la consigne dans les autres provinces canadiennes a démontré des modèles tout à fait viables et durables. L'expérience québécoise avec les bouteilles de bière brunes réutilisables et les autres bouteilles de boisson à remplissage unique est aussi concluante, avec leur taux respectif de récupération de 98 % et de 71 %.

Dernière chose, qui est derrière bacs+ et EEQ? Le chiffre d'affaires des membres d'EEQ est de 110 milliards uniquement au Québec, c'est le tiers de notre PIB! Sous le déguisement d'environnementalistes à la défense de la collecte, on retrouve toutes les grandes entreprises qui ont des intérêts économiques à ne pas élargir, et même à abolir la consigne: la SAQ, des centres de tri, des grands détaillants en alimentation, des sites d'enfouissement, des embouteilleurs, etc. Évidemment, ils ne veulent pas perdre un dollar de ces 110 milliards. Je soupçonne que c'est la véritable raison de leur campagne contre la consigne et pas autre chose. 

Si tu le souhaites, Éric, je t'invite à prendre une bouteille de vin avec moi pour en jaser davantage. Je pense qu'on aurait encore beaucoup de choses à se dire.

Manon Massé, députée de Québec solidaire du comté de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Montréal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer