Préparer la relève: un défi pour les entrepreneurs

Un bon nombre d'entrepreneurs se sentent démunis lorsque... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Un bon nombre d'entrepreneurs se sentent démunis lorsque vient le temps de planifier leur relève, souligne l'auteur.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

Dernièrement, trois grandes institutions financières du Québec se sont unies pour sensibiliser les jeunes à l'entrepreneuriat en lançant la campagne Devenir entrepreneur. Il s'agit d'une excellente initiative, puisque, dans les prochaines années, le Québec aura un besoin urgent de 100 000 entrepreneurs pour prendre la relève d'entreprises établies et assurer la croissance de nouvelles PME. Toutefois, il y a un problème de fond : au Québec, il y a 8 % moins de gens qui désirent s'établir en affaires que dans le reste du Canada. D'où vient ce phénomène alors que, dans plusieurs autres domaines, nous sommes des pionniers de l'innovation? Notre histoire, notre éducation et notre insécurité financière expliquent en bonne partie la situation.

Nous devons accepter que l'instauration d'une culture de l'entrepreneuriat demande du temps. L'accompagnement offert par les institutions financières, quoique nécessaire à tout nouvel entrepreneur, ne se concentre souvent que sur le soutien financier. C'est pourquoi nous préconisons de mettre de l'avant une approche fondée sur l'aspect humain, et ce tant pour la relève que pour les entrepreneurs qui s'apprêtent à passer le flambeau de leur entreprise. Il faut d'abord établir le profil d'habiletés des futurs entrepreneurs afin de déterminer leur potentiel, ce qui augmentera directement leurs chances de réussir. Après tout, devenir entrepreneur est un grand défi! Plusieurs personnes seraient surprises de constater qu'elles ont le potentiel nécessaire à la réalisation de leurs ambitions. L'établissement de ce profil permet aussi de déterminer les besoins de formation et de développement des candidats.

Passer le flambeau avec succès

Un bon nombre d'entrepreneurs se sentent démunis lorsque vient le temps de planifier leur relève. Ils ignorent comment s'y prendre ou ne veulent pas y penser, car la tâche semble trop compliquée. Transférer l'entreprise que l'on a bâtie à une autre personne n'est pas qu'une question d'argent; la dimension humaine est primordiale. L'entrepreneur croit avoir trouvé le candidat idéal? Or, sans une analyse du profil de ce candidat, difficile de savoir s'il a les habiletés et les compétences attendues pour prendre la relève. Dans certains cas, le transfert peut se terminer par un fiasco et une perte financière pour le vendeur, car les transactions en matière de PME impliquent souvent un solde résiduel même après la vente. Imaginez l'impact d'un transfert raté lorsqu'une telle situation survient au sein d'une même famille. Heureusement, il existe une approche spécifique pour préparer les entrepreneurs à choisir leur relève, le moment venu. Cette approche analyse le profil ET LA COMPATIBILITÉ des candidats, des deux côtés du miroir.

En somme, l'éducation et le soutien financier augmentent la propension des jeunes vers l'entrepreneuriat. Et préparer l'entrepreneur à passer le flambeau de son projet d'affaires, c'est mettre toutes les chances de succès du côté de la prospérité des PME et de notre collectivité.

Robert St-Denis, ex-haut dirigeant d'entreprise, administrateur de sociétés et consultant en entrepreneuriat

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer