Trois niqabs et deux pandas

Des électeurs ont voté par anticipation le visage... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Des électeurs ont voté par anticipation le visage couvert.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
Le Soleil

On a pu assister, ces derniers jours, à un bien triste spectacle. Un nombre inconnu, mais considérable d'électeurs rivalisent de créativité afin d'exercer leur droit fondamental de voter à visage couvert. Sacs de patates, foulards fleurdelisés, masques d'Halloween, tout y passe. Pas peu fiers de leurs courageux gestes citoyens, nombreux sont ceux qui s'empressent d'en faire part sur les réseaux sociaux. «Voilà, mon devoir est fait», dit l'un. «Fière de moi», dit l'autre. Asinus asinum fricat (l'âne frotte l'âne), dit le proverbe.

Harper, pendant ce temps, met la touche finale à ses projets de rénovations pour le 24, Sussex. Après la vague orange de 2011, il s'était presque résigné à gouverner sans l'appui des Québécois. Et dire qu'il suffisait de faire résonner quelques notes discordantes sur les cordes les plus basses de leur sensibilité morale pour les séduire: méfiance, peur de l'autre, xénophobie, etc. Une recette fort simple et combien moins coûteuse que des promesses d'investissements.

On aurait tort, toutefois, d'accuser Harper de mener une campagne négative. N'apprenait-on pas récemment que le gouvernement s'engageait à faire doubler la population de pandas au Canada? Le communiqué du gouvernement brosse ce portrait idyllique: «le plan d'allégement fiscal et d'équilibre budgétaire pour protéger l'économie canadienne assurerait un approvisionnement constant de bambou et d'autres gâteries pour Er-Shun et Da Mao», les deux pandas accueillis en 2013 (TVA Nouvelles, 30 septembre). Comment ne pas être attendri?

Évidemment, pendant qu'on promet de s'occuper des trois niqabs et des deux pandas que compte le Canada, d'autres dossiers urgents sombrent dans l'oubli. Pensons à celui des femmes autochtones. Mille cent quatre-vingt-six d'entre elles ont disparu ou ont été assassinées depuis 30 ans. S'il faut absolument instrumentaliser le niqab au cours de la présente élection, autant le faire au service de fins plus nobles. Des femmes autochtones ont d'ailleurs décidé de le revêtir afin de témoigner leur «soutien envers les femmes musulmanes tout en dénonçant l'attitude du chef conservateur envers les femmes autochtones». «Est-ce que je compte maintenant?» demandent-elles (Radio-Canada, 10 octobre).

C'est aux électeurs de répondre à cette question. Profitons du 19 octobre pour célébrer en grande pompe nos adieux au gouvernement conservateur. Pour les masques d'Halloween, on se reprendra le 31. 

Félix Aubé-Beaudoin, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer