Priorité à l'éducation

Que penser de cette rentrée 2015? Une question demeure cruciale, essentielle :... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Que penser de cette rentrée 2015? Une question demeure cruciale, essentielle : quelle réelle priorité accorde-t-on à l'éducation au Québec?

On a vu la semaine dernière des parents, des enseignants, des professionnels, des membres du personnel de soutien et des directions d'école se donner la main - au propre et au figuré ! - afin de demander la fin des compressions et un réinvestissement important en éducation. On peut souhaiter que d'autres organisations s'y joignent.

Le contexte peut paraître embêtant : l'État est en négociation avec ses employés et d'aucuns y ont vu une récupération syndicale de la situation.

Le «hic», c'est que les parents constatent depuis des années les effets négatifs des compressions/coupures/« efforts budgétaires »/ coupes «chirurgicales» se répercutant sur la qualité et la quantité des services rendus aux petits Québécois et sur leur portefeuille. Ils ont décrié le tout aux rentrées de 2012, 2013 et 2014. Ils ont principalement contribué au développement d'une coalition en 2013 qui a remis une pétition de 25 000 noms à l'Assemblée nationale pour demander ce réinvestissement. Ça ne date pas de cette semaine...

Les parents n'ont qu'une priorité : le bien de leurs enfants. Il n'est donc pas surprenant de voir plusieurs milliers d'entre eux former des chaînes humaines pour «protéger mon école publique». Ils savent que cette école a besoin de beaucoup d'amour, puisqu'ils lui confient ce qui leur est le plus précieux; l'école devient donc coresponsable de plusieurs aspects du développement de leurs enfants.

Ici aussi, d'autres se sont interrogés sur la pertinence de voir des enfants au travers de ces «chaînes humaines». Manifestations oui, mais dans un contexte tellement familial, convivial, où les routines n'ont été que peu ou pas modifiées. A-t-on vu des visages défaits, négatifs dans les différents reportages? Les parents ont eu une occasion de réellement démontrer - autrement que par la bonne vieille question «As-tu fait tes devoirs?» - l'importance qu'ils accordaient à cette institution où leurs enfants passent souvent la très grande majorité de leurs journées. On ose espérer que le mouvement se poursuivra ET que les écoles démontreront un réel intérêt à ce que les parents fassent la partie de leurs vies, pas seulement quand ça va mal. En attendant, un petit truc : les assemblées générales de parents seront convoquées en septembre.

Notre système public d'éducation a besoin d'aide. Il est clair dans la tête des personnes qui y oeuvrent, et ce, à tous les niveaux, que les besoins de nos jeunes Québécoises et Québécois, ont de la misère à être rencontrés. Pourtant, on sait tous très bien qu'ils forment notre avenir ... le gouvernement y est-il réellement sensible et vraiment convaincu?

Marc Charland, un papa qui vieillit,

mais un citoyen intéressé

L'Ancienne-Lorette

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer