CHSLD : mais jusqu'où ira la violence faite aux femmes âgées

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette... (Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil)

Agrandir

Le ministre québécois de la Santé, Gaétan Barrette

Photo Patrice Laroche, archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Comme femme, j'ai été scandalisée, voire révoltée, de lire les réactions du ministre Barrette aux agressions sexuelles vécues à répétition par des femmes, qui pourraient être ma grand-mère, de la part d'hommes en perte de fonctions cognitives sévères. Si j'étais sa collègue ministre à la condition féminine ou encore sa mère, je lui aurais moi-même frotté les oreilles. Bravo aux employés qui, au risque de subir des pressions ou des pénalités, ont plutôt choisi de dénoncer ce fait connu. Vous avez agi en citoyens responsables.

C'est une honte de lire le ministre faire de cette situation une fatalité du genre «que voulez-vous, c'est comme cela». Bon sang, il est le ministre de la Santé! Il me semble qu'il a agi beaucoup plus rapidement et avec plus d'écoute quand il a été question d'ajuster les salaires et bénéfices marginaux de ses collègues médecins. Surtout pour les énormes frais que ceux-ci doivent débourser pour les produits utilisés dans leurs cliniques...

Qu'on se le dise : une agression sexuelle est une agression sexuelle. Qu'elle se produise dans la rue par un désaxé, ou en milieu hospitalier par une personne en perte de facultés cognitives, cela demeure une agression sexuelle. Les femmes qui circulent en marchette n'ont pas à se faire piéger dans des coins pour se faire pincer les seins, où se retrouver avec une main dans les culottes. Que faites-vous de la dignité de ces femmes? Les pédophiles sont fichés et interdits de se tenir à proximité de lieus où se trouvent des enfants. On fait de même avec les violeurs. La castration chimique existe. Alors, pour le bien -être des femmes qui doivent vivre en CHSLD, il faut soit isoler ces personnes malades, ou encore les regrouper dans une aile où ils pourront répondre à leurs besoins entre eux. La liberté des uns se termine là où débute celle des autres, et en l'occurrence, des femmes qui ont encore toute leur tête.

De proposer qu'un employé les garde à l'oeil est une hérésie! Déjà, on manque de personnel pour nourrir les personnes âgées qui ont de la difficulté à le faire par elles-mêmes. Et il faudrait en plus qu'il garde un oeil sur les délinquants sexuels? Quelle suggestion dénudée de gros bon sens! Le ministre se fout complètement des personnes âgées. SVP, monsieur le premier ministre, au nom de toutes les femmes du Québec qui doivent vivre cette odieuse situation, donnez-nous un ministre capable d'empathie et ouvert à la recherche de solutions. Je suis certaine que le personnel des institutions concernées saura vous en suggérer.

Francine Lalande

Québec

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer