Risquer le jeu libre de l'enfant

Défis et risques, particulièrement à l'extérieur, dans de... (Archives AP)

Agrandir

Défis et risques, particulièrement à l'extérieur, dans de grands espaces, alors qu'il sera stimulé par le vent, la chaleur, le froid, le plein air et les obstacles du terrain, permettent à l'enfant d'exercer son développement cognitif en adaptant ses gestes à la situation environnementale et sociale, soutient l'auteure.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

En réaction à la publication du bulletin de Participaction Garder les enfants à l'intérieur: un plus grand risque

Sommes-nous conscients de l'importance de l'impact qu'ont sur l'enfant les environnements humain et physique offerts par les services de garde, les camps de jour et les espaces municipaux? Le jeu existe dès le début de la vie; le jeu, c'est le travail de l'enfant. Il imite, il produit, il crée, il invente, il essaie, il façonne... De la naissance à l'adolescence, le jeu constitue pour lui l'outil essentiel à son développement.

Il était une fois des enfants qu'on laissait jouer dehors... et qui jouissaient pleinement de leur liberté de mouvement, sans contrainte. Dans un monde en constante évolution, de nouveaux facteurs sociaux et environnementaux sont venus mêler les cartes, en particulier depuis que les enfants vivent très souvent en collectivité et que l'on confie leur «garde» pendant de nombreuses heures à une tierce personne. Parmi d'autres, les facteurs suivants ont transformé le jeu: augmentation du trafic dans les rues, densité plus grande de la population, diminution du nombre d'enfants par famille, encadrement plus étroit de certains parents et crainte accrue des parents pour leur sécurité en raison de divers changements à l'environnement des enfants.

Le risque nécessaire 

L'enfant a tendance à prendre des risques et, le plus souvent, c'est tant mieux! Il doit en prendre pour grandir. Le potentiel inné de l'enfant suscite en lui un désir d'expérimentation et d'exploration de ses possibilités qui passe d'abord par le corps. S'engager dans des activités «à risque» permet de développer de nouvelles habiletés, d'exercer de nouvelles compétences et, ultimement, d'atteindre son plein développement. Défis et risques, particulièrement à l'extérieur, dans de grands espaces, alors qu'il sera stimulé par le vent, la chaleur, le froid, le plein air et les obstacles du terrain, permettent à l'enfant d'exercer son développement cognitif en adaptant ses gestes à la situation environnementale et sociale. Comme le dit si bien l'éducateur, biologiste, ethnologue, romancier et conteur français Louis Espinassous : «Dehors est un lieu d'éducation qui offre une richesse, une multiplicité, une alternance que l'on ne retrouvera jamais à l'intérieur. Le fait que c'est le réel complet, la complexité, la diversité et que l'on grandit en se confrontant à la diversité... c'est un moyen d'éducation gigantesque».

Sécuritaire, mais ludique 

Les enfants apprennent rapidement, mais encore faut-il leur en donner le temps et l'espace! Toute communauté doit créer les conditions pour que chaque enfant, citoyen à part entière, puisse s'épanouir pleinement, à son propre rythme, c'est-à-dire en lui offrant des espaces de jeu où il pourra se mouvoir librement et adopter les postures qui lui conviennent. Les créateurs d'environnements et d'espaces de jeu ont donc une grande responsabilité; non seulement doivent-ils les rendre disponibles, mais également s'assurer de leur valeur sécuritaire et ludique. Ce ne sera qu'à ce prix que les enfants pourront réellement y exercer leurs compétences physiques, intellectuelles et sociales, dans le plus grand respect de leur stade de développement et de leur niveau de maturité. De nombreuses études ont d'ailleurs mis en évidence que la présence d'une aire de jeu sécuritaire en milieu urbain était un facteur de réduction des accidents, comparativement à un milieu où ne se trouvait aucun jeu. Il n'y a pas d'endroits où les enfants d'un quartier peuvent défier leur corps? Ils le feront ailleurs, dans des espaces éventuellement dangereux qui ne leur étaient pas destinés! 

Respecter la capacité des enfants à faire ce qu'ils ont envie de faire et ce dont ils sont capables, n'est-ce pas la façon la plus simple et adéquate de contribuer à la construction des bases de leur sentiment d'efficacité, de leur développement intellectuel et de leur envie de devenir des adultes créatifs et responsables? La valeur ludique de l'équipement et la liberté des enfants à l'utiliser constitueront toujours la plus grande sécurité et le meilleur investissement pour nos espaces extérieurs.

Sylvie Melsbach, directrice technique, Institut québécois de la sécurité dans les aires de jeu, Saint-Hubert

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer