Semaine de l'infirmière... et de l'infirmier

L'auteur affirme que si l'on prend le temps... (Photothèque La Presse)

Agrandir

L'auteur affirme que si l'on prend le temps de mieux faire connaître la place des hommes au sein de la profession infirmière, il est fort probable que de plus en plus de jeunes garçons ou de jeunes hommes rejoindront la profession qui a toujours besoin de professionnels et qui plus est, de membres masculins, pour une plus grande complémentarité de travail dans les équipes.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Depuis plus de 20 ans, l'Ordre des infirmières et des infirmiers du Québec (OIIQ) souligne chaque année en mai la Semaine de l'infirmière.

Toutefois, cette année je crois utile de corriger le tir et de préciser que plus de 10 % des membres de l'OIIQ sont des hommes, soit des infirmiers, donc que l'on doit souligner également l'apport de ceux-ci lors de cette semaine professionnelle et que le titre se doit d'être pour plus d'équité et d'égalité si chères aux Québécois et aux Québécoises: La Semaine des infirmières et des infirmiers.

Comme vous le savez probablement, mais et il est parfois bon de le rappeler, les infirmières et les infirmiers offrent tous les deux les mêmes soins à la population du Québec, tant en terme de qualité qu'en terme de disponibilité de services en plus de suivre la même formation. 

Si l'on prend le temps de mieux faire connaître la place des hommes au sein de la profession infirmière, il est fort probable que de plus en plus de jeunes garçons ou de jeunes hommes rejoindront la profession qui a toujours besoin de professionnels et qui plus est, de membres masculins, pour une plus grande complémentarité de travail dans les équipes. Mieux faire connaître la place des hommes dans la profession auprès des jeunes dès le primaire et au secondaire par des textes mentionnant les deux sexes, des photos inclusives, etc.

On ne peut plus faire de la profession infirmière une pensée unique au féminin ni entendre des cadres de l'OIIQ ou d'un syndicat parler uniquement des infirmières, sinon la discrimination si longtemps décriée par les féministes est reproduite à l'inverse face aux hommes, face aux infirmiers. Le Québec, je le répète, se veut une société égalitaire pour les deux sexes et cela comprend toutes les professions, quelles qu'elles soient.

De plus, il faut mentionner que malgré leur petit nombre, les infirmiers forment un groupe bien scolarisé, bien sûr au DEC en soins infirmiers, mais aussi souvent au 1er, 2e ou  3e cycle universitaire, avec de nombreuses publications ou travaux de qualité à leur actif.

Dans un esprit de légitimité et d'égalité afin de reconnaître la place des infirmiers dans la société de même qu'au sein de la profession infirmière, je demande aux journalistes, à tous les médias parlés et écrits, ainsi qu'à l'ensemble des politiciens, dont les ministres et le premier ministre, de ne plus parler uniquement des infirmières, mais aussi des infirmiers.

En terminant, j'en profite pour souhaiter à toutes les infirmières et à tous les infirmiers une excellente semaine professionnelle de l'infirmière et de l'infirmier du 11 au 17 mai.

Michel Tanguay, infirmier clinicien, Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer