Le RREGOP, un régime en excellente santé financière

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

En évoquant vouloir assurer la pérennité du Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (le RREGOP), le président du Conseil du trésor, Martin Coiteux, désire imposer des reculs importants à ses propres employés. Or, à la lumière des données publiées lors de la dernière mise à jour actuarielle du régime, rien ne justifie les demandes du Conseil du trésor à la table de négociation. Avec un taux de capitalisation de 98,4 %, le RREGOP est pleinement en mesure de répondre à ses engagements actuels et futurs.

Martin Coiteux indique que le taux de cotisation des salariés n'a jamais été aussi élevé. Soit. Mais a-t-il déjà oublié que lors de la crise financière de 2008, la caisse des participants, gérée par la Caisse de dépôt et placement du Québec, a perdu 25 % de sa valeur? Que ces pertes aient pu être renflouées en à peine cinq ans grâce, entre autres mesures, à une augmentation raisonnable du taux de cotisation, nous démontre plutôt la maturité et la santé du régime. Visionnaires et responsables lors des négociations de 2010, les organisations syndicales du Front commun avaient tenu à apporter des modifications au régime afin d'en stabiliser le taux de cotisation.

La volonté du gouvernement de faire passer de cinq à huit ans la période de calcul des rentes, d'augmenter la pénalité actuarielle et de reporter l'âge de la retraite sans pénalité à 62 ans provoquerait un appauvrissement indéniable des retraités de l'État, dont les rentes moyennes, se situant à 19 000 $ par année, sont très loin du cliché de la retraite dorée.

Partout dans le monde, des employeurs ont voulu profiter des difficultés traversées par certains régimes de retraite pour diminuer les bénéfices des retraités et ainsi réduire leurs engagements financiers envers leurs salariés. Cette réalité frappe aussi le Québec, comme nous l'avons vu avec l'adoption du projet de loi 3 portant sur les régimes de retraite municipaux : peu importe la situation particulière propre à chaque régime, les modifications ont été apportées mur à mur, sans distinction. Le gouvernement voudrait aujourd'hui s'attaquer aux bénéfices offerts par le RREGOP, alors que celui-ci répond en tout point, et ce, depuis 1982, aux exigences imposées par le projet de loi 3 : ses coûts sont partagés à 50/50 entre les salariés et l'employeur et sa capitalisation est maintenant pleine et entière.

Nos organisations ont toujours été au rendez-vous pour discuter de la pérennité du régime de retraite des 540 000 employés de l'État. Nous siégeons sur de nombreux comités paritaires où l'ensemble de ces questions sont traitées, où différentes améliorations visant la santé du régime sont proposées. Jamais, toutefois, les demandes du Conseil du trésor n'y ont été discutées.

Encore faudrait-il que le gouvernement nous fasse la démonstration que ses demandes visent réellement la pérennité du RREGOP. Nous sommes d'avis que non. Les mesures proposées sont des attaques à court terme sur les bénéfices offerts aux retraités et n'ont qu'un seul objectif : soutirer 200 millions $ par année aux retraités de l'État, comme le reconnaît Martin Coiteux.

Un exode inquiétant

À moins que le gouvernement ne vise un autre objectif? Celui de réduire drastiquement le nombre d'employés de l'État en provoquant l'exode de milliers de travailleuses et de travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l'éducation et de la fonction publique? Nos bureaux syndicaux, tout comme la CARRA, sont submergés d'appels de salariés inquiets qui désirent précipiter leur départ à la retraite avant l'application éventuelle de ces mesures. Le gouvernement reconnaissait lui-même, la semaine dernière, que le nombre de ces départs risque de doubler au cours des deux prochaines années. Alors que nous vivons d'importants problèmes d'attraction et de rétention de la main-d'oeuvre, nous ne pouvons nous permettre une telle perte d'expertise, surtout en pleine période de chambardement de nos réseaux publics.

Il ne faudrait pas que le gouvernement, par entêtement idéologique à rétablir l'équilibre budgétaire et à réduire la taille de l'État, fasse preuve d'irresponsabilité et de politique à courte vue. Nous sommes plutôt guidés par un horizon beaucoup plus large : assurer la pérennité de nos services publics et garantir des revenus décents pour les retraités qui ont consacré leur vie pour le service public.

Francine Lévesque

Vice-présidente de la CSN

Lucie Martineau

Porte-parole du SISP

Daniel Boyer

Président de la FTQ

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer