Abolition des Forums jeunesse: incompétence et trahison

Le premier ministre Philippe Couillard... (PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

PHOTO GRAHAM HUGHES, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Bonjour monsieur le premier ministre Couillard, 

Comme vous le savez sûrement, c'est après plusieurs semaines d'incertitude que tous les Forums jeunesse de l'ensemble du Québec ont appris que leur financement prendrait fin au 30 juin 2015. Cela signe ainsi l'arrêt de mort de ces organisations vouées à l'engagement des jeunes dans leur communauté.

Ce n'est pas de vos idées politiques dont il est question ici, monsieur le premier ministre. Je les respecte et elles pourraient être débattues en d'autres temps. Ce n'est pas l'argent non plus. Comme tout le monde, nous savons que la gestion des affaires de l'État réclame rigueur, efficacité et transparence. Ce dont il est question ici, c'est de l'amour et du respect que vous portez à vos concitoyens et aux travailleurs d'organisations publiques québécoises.

Monsieur le premier ministre, je vous accuse d'être un antidémocratique. Nous défendions, dans les Forums jeunesse, une mission d'éducation à la citoyenneté, la gestion de fonds publics par des jeunes, la participation citoyenne, l'ouverture au débat et la prise de parole, et non pas seulement une structure comme vous le soutenez. Au coeur de la démocratie, essences de sa nature, il y a la liberté d'expression et la parole citoyenne. 

La démocratie n'est cependant pas un idéal facilement atteignable, et nous ne devons pas la considérer acquise pour toujours. Elle nécessite une attention et un engagement constant des citoyens afin de demeurer vivante et vigoureuse. Au sein des Forums jeunesse, nous sommes convaincus que les citoyens et les citoyennes peuvent, et doivent, jouer un rôle actif dans leur communauté pour entretenir une démocratie saine. Si leurs aspirations et leurs préoccupations sont exprimées et entendues, c'est toute la communauté qui en sortira gagnante.

Car la démocratie, ce n'est pas que prendre des décisions en disant qu'on est élu pour le faire, c'est aussi écouter et échanger avec la population et les acteurs de la société. Et en cela, votre décision et façon de faire à l'égard des Forums jeunesse traduit bien la vision antidémocratique de votre gouvernement. Vous êtes le boss, mais des boss comme vous n'ont souvent pas le respect de leurs subalternes.

Monsieur le premier ministre, je vous accuse d'incompétence, de manque de discernement et de trahison. C'est vous, monsieur le premier ministre, qui portez le dossier de la jeunesse. Mais en aucun moment vous ne vous êtes manifesté pour éclaircir la situation ou pour partager votre vision de la jeunesse et de l'avenir du réseau des Forums jeunesse. Nous étions pourtant disposés à échanger avec vous sur les enjeux à venir, et à discuter des défis de nos organisations. Nous avons toujours oeuvré dans une logique de partenariat avec les instances gouvernementales. Vous venez de nous trahir en plus de nous apprendre froidement et de manière irrespectueuse que nous n'étions rien pour vous et votre gouvernement. Cela sans explications et sans égard à nos relations. Vous avez failli à vos obligations, et encore pire, vous nous avez froidement assassinés sans droit de parole et sans autre faute que de trop ressembler aux Conférences régionales des élus, abolies officiellement le 20 avril avec l'adoption du projet de loi 28. Avez-vous eu peur de nous? Avons-nous, au fil des ans, fait preuve d'une fermeture et d'une agressivité qui vous auraient amené à penser qu'il était impossible de communiquer avec nous? Je ne crois pas. 

Monsieur le premier ministre, pour toutes ces raisons, je vous demande des excuses. Je ne vous demande pas de l'argent, je l'ai déjà mentionné. Ce n'est pas de cela dont il est question ici. Je ne vous demande pas des excuses spécialement pour moi, mais bien pour les quelque 80 employés et 300 bénévoles des Forums jeunesse que vous avez traités sans égards, sans respect, avec une arrogance, une froideur et un mépris dont seuls les plus insensibles sont en mesure de faire preuve. Un comportement et une attitude à l'image de ceux qui n'aiment pas vraiment leurs frères et leurs semblables. Comme politicien, vous vouliez faire autrement, je crois que vous venez de rater une excellente occasion de le démontrer. 

Il serait facile de trouver des raisons pour expliquer votre façon de faire. Vous êtes surchargés, vous menez de nombreux dossiers, vous devez composer avec une équipe de députés et de ministres ayant de forts caractères, il faut agir à tout prix pour éliminer le déficit. Mille raisons pourraient être invoquées. Mais rien, et surtout pas la tâche d'un premier ministre qui se doit d'être un leader, ne peut excuser la façon dont nous avons été traités. [...]

Luc Martinet, coordonnateur du Forum jeunesse Montérégie Est

Saint-Marc-sur-Richelieu

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer