Comment ne pas être indigné?

L'ex-«Banane Rebelle», qui a remisé son costume depuis... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

L'ex-«Banane Rebelle», qui a remisé son costume depuis la fin du conflit étudiant de 2012, a demandé au maire Labeaume d'abolir l'article du Règlement sur la paix et le bon ordre de la Ville de Québec qui impose aux organisateurs de manifestations de donner leur itinéraire à la police.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Monsieur le maire,

Je vous écris pour vous faire part de mon indignation. Je vous ai entendu aux nouvelles de Radio-Canada vous déclarer tout à fait satisfait des opérations policières qui ont mené mardi le 24 mars à l'arrestation massive et la mise à l'amende de 274 personnes dont une majorité d'étudiants et étudiantes qui participaient de façon pacifique à une manifestation contre l'austérité. L'un de ces étudiants, Gabriel Marcoux-Chabot, candidat au doctorat à l'Université Laval, a été mordu par un chien policier. Deux jours plus tard, une jeune cégépienne, Noamie Tremblay-Trudeau, a été blessée au visage par une grenade lacrymogène tirée à bout portant. Est-ce ainsi, monsieur le Maire, que vous concevez la vie en société, le droit à l'expression, l'accueil à réserver aux nouvelles générations? Comment ne pas trouver excessive la force exercée par les policiers contre des manifestants sans arme, sans masque et sans agressivité aucune ? Comment ne pas être indigné ?

Les manifestants ont été traités comme de dangereux criminels alors qu'ils n'avaient à se reprocher que d'avoir refusé de dévoiler l'itinéraire de leur manifestion. Rien là de grave ni d'étonnant, les manifestations sont faites pour attirer l'attention. Tant qu'elles se déroulent dans un climat paisible, la tolérance s'impose. Et la tolérance s'imposait ces jours-là. Je connais, pour leur avoir enseigné ou pour diriger leur mémoire ou leur thèse, plusieurs des étudiants qui ont participé aux manifestations récentes. Ce sont des jeunes gens engagés dans leurs études, bien informés des enjeux politiques et environnementaux actuels et désireux de participer à la construction d'une société plus juste, plus humaine, plus axée sur des valeurs de partage et d'équité. Comment ne pas se réjouir de leur engagement, de leur souci du bien commun  alors que le discours ambiant est si individualiste, si dur, si peu inspirant ?

Comme près de 2000 citoyens, d'âges et d'horizons variés, j'ai cosigné la lettre que Gabriel Marcoux-Chabot vous a récemment adressée. Comme plusieurs commentateurs de l'actualité, vous avez préféré ridiculiser le mouvement et ignorer les propos de Gabriel en rappelant le personnage de Banane Rebelle qu'il a personnifié durant le printemps 2012, personnage joyeux et inoffensif qui, a-t-on besoin de le préciser, incarne l'extrême opposé de la violence répressive qui se manifeste de plus en plus au Québec et dans la ville de Québec.

Je vous invite, Monsieur le maire, à faire amende honorable et à répondre avec respect à la lettre que vous a adressée Gabriel Marcoux-Chabot.

Marie-Andrée Beaudet, professeure titulaire, Université Laval

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer