Un budget qui n'a pas de sens en éducation

Les coupes du gouvernement ont pour effet de... (Photo d'archives)

Agrandir

Les coupes du gouvernement ont pour effet de mettre certaines écoles privées dans une situation financière délicate et de limiter leur marge de manoeuvre pour offrir des services aux élèves en difficulté, plaide l'auteur.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Les écoles privées subventionnées sont des organismes à but non lucratif (OBNL) qui offrent des services éducatifs de qualité à moindre coût pour le gouvernement et les contribuables, puisque les parents assument une partie des frais. De plus, les bâtiments sont fournis et gérés par ces OBNL, plutôt que de venir gonfler la dette du Québec. Cette formule fonctionne bien, comme le démontrent année après année les taux de diplomation des écoles privées. Un sondage CROP réalisé pour le compte de la Fédération des établissements d'enseignement privés l'automne dernier indique un taux de satisfaction de 99 % des parents dont les enfants fréquentent l'école privée.

Afin de répondre à la demande pressante de parents d'élèves en difficulté, un nombre croissant d'écoles privées ont mis sur pied, en plus de leurs différents programmes réguliers et enrichis, des programmes avec appui pédagogique pour ces élèves. C'est le cas par exemple du Collège de Lévis, du Collège Saint-Joseph à Trois-Rivières, du Collège Charles-Lemoyne sur la Rive-Sud de Montréal, du Collège Ville-Marie à Montréal et du Collège Saint-Bernard à Drummondville, pour n'en nommer que quelques-unes. Contrairement aux écoles publiques, les écoles privées ne reçoivent pas un sou de plus pour les élèves en difficulté qu'elles accueillent et doivent faire une gestion serrée de leur budget pour financer ces initiatives.

La décision du gouvernement de couper le financement de l'école privée dans les budgets 2014 et 2015 n'a pas de sens. Ces coupes ont pour effet de mettre certaines écoles privées dans une situation financière délicate et de limiter leur marge de manoeuvre pour offrir des services aux élèves en difficulté.

Le gouvernement se tire dans le pied en affaiblissant un réseau qui lui permet, année après année, d'économiser au moins 600 millions $ grâce à la contribution des parents, et d'accroître de façon significative les taux de réussite au secondaire. Les OBNL en éducation proposent une façon performante et économique d'offrir des services publics à la grande satisfaction des usagers. Cette formule devrait être encouragée pour optimiser les dépenses en éducation. Pourquoi le gouvernement fait-il l'inverse?

Jean-Marc St-Jacques, c.s.v., président de la Fédération des établissements d'enseignement privés, directeur général du Collège Bourget, Montréal

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer