Nouveau pacte pour l'intégration des immigrants: une responsabilité partagée

... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Le 10 février dernier se concluaient les consultations parlementaires pour la réforme de la politique d'immigration du gouvernement du Québec. Pour la Coalition avenir Québec, c'est un enjeu majeur. Le modèle actuel connaît des failles qui hypothèquent l'intégration des immigrants de même que notre capacité à faire face à l'important défi de la démographie. Les chiffres sont là, implacables. Seulement 75 % des nouveaux venus admis au Québec entre 2003 et 2012 y demeuraient toujours en 2014. Le Québec est au dernier rang des provinces canadiennes pour le taux de chômage des immigrants, ce qui n'est pas sans expliquer nos difficultés à les retenir et à les intégrer.

Il faut moderniser notre modèle d'immigration. C'est notre société dans son ensemble qui en sortira gagnante.

Le Québec est une société de tolérance, ouverte sur le monde, qui accueille beaucoup plus d'immigrants depuis quelques années. C'est une richesse indéniable pour notre culture et pour notre économie. Mais pour une nation francophone comme la nôtre, qui ne connaît pas la même dynamique que celle de nos voisins américains et canadiens, cela amène des responsabilités particulières.

C'est pourquoi, à la Coalition avenir Québec, nous croyons que le gouvernement doit établir un nouveau pacte pour moderniser la politique d'immigration du Québec. Un pacte qui soit respectueux de la culture des immigrants mais aussi des valeurs de la société d'accueil.

Cette nouvelle responsabilité partagée offrirait aux candidats immigrants les outils nécessaires pour une intégration réussie. Ceux-ci se verraient ainsi octroyer un certificat d'accompagnement transitoire, valide pour une durée de trois ans, à l'échéance duquel ils seraient soumis à des évaluations sur :

  1. leur connaissance du français;
  2. leur connaissance des valeurs québécoises;
  3. leur processus d'employabilité.
Une loi sur l'interculturalisme

Les Québécois ont eu l'occasion de dire plus d'une fois qu'ils ne favorisent pas l'approche du multiculturalisme canadien. Nous pensons, quant à nous, que la solution pour le Québec se trouve notamment dans l'élaboration de projets communs et par des échanges accrus entre la majorité francophone et les nouveaux arrivants. C'est ce que plusieurs ont appelé l'interculturalisme.

Le gouvernement doit agir et déposer un projet de loi sur l'interculturalisme pour encadrer les rapports de la majorité avec les minorités ethnoculturelles.

L'État québécois doit également rapatrier les pouvoirs pour la sélection des immigrants issus du regroupement familial afin que nous nous dotions des pleins pouvoirs en matière d'immigration. En tant que nation reconnue par la Chambre des communes, le Québec doit être le seul maître d'oeuvre de la gestion de sa politique d'immigration et de sélection.

En modernisant la politique d'immigration, le gouvernement du Québec a l'occasion de redevenir un créateur d'opportunités et un facteur d'unité. Il en va de notre avenir et de notre prospérité à tous.

François Legault

Chef de la Coalition avenir Québec 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer