Laver pour moins cher... Pourquoi pas?

Récemment, le ministère de la Santé et des... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Récemment, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a demandé à deux agences régionales, à Québec et dans Lanaudière, de vérifier s'il pourrait être plus économique de sous-traiter les services de buanderie de leurs hôpitaux à des buanderies commerciales, plutôt que continuer à faire appel aux salariés du réseau.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Supposons que vous ayez une pièce à repeindre : vous vous demanderez s'il vaut mieux faire le travail vous-même ou le confier à un peintre professionnel. Si vous êtes une PME, vous vous demanderez s'il vaut mieux avoir un employé pour gérer la paye, ou plutôt confier cette fonction auxiliaire à un fournisseur spécialisé. Dans tous les cas, les individus comme les entreprises cherchent à minimiser les coûts, afin d'utiliser leur argent à autre chose. Un gouvernement ne devrait-il pas avoir la même attitude?

À écouter la CSN, il semblerait que non. Récemment, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a demandé à deux agences régionales, à Québec et dans Lanaudière, de vérifier s'il pourrait être plus économique de sous-traiter les services de buanderie de leurs hôpitaux à des buanderies commerciales, plutôt que continuer à faire appel aux salariés du réseau. La CSN s'est opposée à cette décision, y voyant une tentative de privatisation des services publics. 

À priori, j'ignore qui, entre une buanderie institutionnelle et une buanderie commerciale, peut laver des draps à moindre coût. Mais en tant que contribuable, j'ai certainement envie que le gouvernement se pose la question. Je dirai même : c'est sa responsabilité! Surtout en ce moment, alors qu'il augmente les tarifs pour éliminer son déficit. S'il y a des économies à faire en changeant le mode de production d'un service public, pourquoi s'en priver?

Que la buanderie soit institutionnelle ou commerciale, il n'y aura aucun changement pour les malades dans les hôpitaux. Et dans un cas comme dans l'autre, les emplois resteront au Québec. 

Bien sûr, les appels d'offres devront être conçus de manière à permettre de comparer des pommes et des pommes. Du côté privé, le prix couvre toutes les composantes de coût; du côté public, tous les coûts devront être comptés, le fonctionnement comme les immobilisations. 

Impossible de présumer qui, entre la buanderie interne et l'éventuel «challenger», aura la meilleure offre. Mais face au risque de perdre leur mandat, les producteurs en place pourraient être poussés à innover sur le plan des procédés et de l'organisation du travail. Telle est la vertu de la concurrence, que tout le monde comprend. Ne devrait-on pas adopter la même approche dans la production de services publics? 

Peu importe où le drap est lavé, peu importe par qui, la buanderie demeurera un service public, car l'hôpital est financé par nos taxes. C'est le financement qui définit le statut public ou privé d'un service, pas le statut juridique de son producteur. 

Les syndicats du secteur public ont pour mission de défendre les intérêts de leurs membres. Mais le gouvernement, lui, doit veiller aux intérêts de l'ensemble des contribuables et des usagers. Le privilège de produire un service public n'appartient à personne, ni aux salariés de l'État ni à ses fournisseurs du privé. Que la meilleure offre l'emporte! Le bien public n'équivaut pas à celui des producteurs de services publics; arrêtons de confondre ces notions.

Françoise Bertrand, O.C., C.Q.

présidente-directrice générale

Fédération des chambres de commerce du Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer