Un travail méconnu, silencieux, efficace...

Le soutien aux personnes vulnérables est une responsabilité... (IMACOM, René Marquis)

Agrandir

Le soutien aux personnes vulnérables est une responsabilité sociale qui doit être assumée collectivement.

IMACOM, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Soleil

En ce temps des Fêtes où la population est sollicitée de toutes parts pour participer à de grandes collectes pour aider les démunis, certains organismes n'occupent pas la place «en avant» dans l'espace médiatique, mais font pourtant un travail précieux depuis plus de 30 ans auprès des familles dites «vulnérables»: ce sont les organismes communautaires Famille (OCF). Pour la seule région de la Capitale Nationale, on en retrouve une quarantaine, disséminés sur le territoire. Ils sont là, tout près des familles, au coin de la rue, bien enracinés dans leur quartier, et font un travail incomparable de prévention auprès des familles et des enfants. Les récentes statistiques collectées auprès des organismes Famille (décembre 2014) démontrent que seulement pour la région 03, environ 6000 familles sont rejointes par le travail des OCF. Et pour y arriver, quelque 45 000 heures de bénévolats sont nécessaires pour soutenir le travail des professionnels engagés travaillant très fort à maintenir une qualité de soutien constante auprès des familles. Ces professionnels (travailleurs sociaux, psychoéducateurs, éducateurs spécialisés, etc.) ont choisi de faire carrière dans des milieux alternatifs en raison de leurs convictions et parce qu'ils y retrouvent une pratique selon une approche en proximité avec les clientèles. 

Pas de vedettes, pas de collectes sur rue, pas de reportages pour les mettre en valeur. Juste leur travail quotidien, reconnu, lui, par les nombreuses familles qui trouvent là un milieu de vie qui les soutient dans leurs difficiles traversées ou pour briser l'isolement dont ils sont victimes dans ce monde individualiste et trop souvent indifférent à la misère des autres. 

Samedi le 13 décembre se tenait la guignolée du Dr Julien. Plusieurs milliers de dollars ont été amassés pour soutenir la Fondation de la pédiatrie sociale. Dans les entrevues que le Dr Julien a accordées aux médias lors de cette collecte, il a affirmé «qu'il pourra rejoindre 20 000 à 30 000 enfants si le gouvernement Couillard lui octroie les montants promis pour le développement de cliniques de pédiatrie sociale» (Le Soleil, 13 décembre 2014). 

Loin de nous l'idée de critiquer le Dr Julien. Son travail est remarquable. Mais nous aimerions bien ajouter quelques observations aux siennes: de nombreux enfants vulnérables et leur famille sont déjà aidés grâce au travail accompli par les organismes communautaires Famille déployés partout au Québec. Et ces organismes attendent aux aussi une reconnaissance du gouvernement Couillard pour être mieux financés pour ce qu'ils font. Ils souhaitent que le gouvernement Couillard, qui songe au développement des cliniques de pédiatrie sociale, tienne compte de ce qui se fait déjà auprès des familles et considère les organismes communautaires Famille comme de précieux collaborateurs dans la réalisation de la mission de ces cliniques. Les organismes communautaires Famille connaissent les besoins des familles, savent où elles se trouvent, travaillent en collaboration avec le réseau de la santé lorsque nécessaire et ont tissé un maillage important de concertation pour offrir le meilleur soutien possible aux familles. Et lorsque le Dr Julien avance que les enfants vulnérables qu'il rencontre ne fréquentent pas les CPE, il est important de mentionner que certaines de ces organisations situées en milieu défavorisé ont développé une expertise d'une grande qualité dans l'accueil et le soutien de familles à risque. Ainsi, le nombre des enfants qui seront aidés par les cliniques de pédiatrie sociale est bien moindre en raison du travail déjà réalisé par des organismes communautaires Famille et les CPE. 

Le soutien aux personnes vulnérables est une responsabilité sociale qui doit être assumée collectivement. Les organismes communautaires Famille aidés par le Dr Julien, ça pourrait faire un «team» du tonnerre pour lutter contre la pauvreté et offrir une aide concrète aux familles! Qu'en pensez-vous M. Couillard?

Anne-Lise Mercier, travailleuse sociale et directrice de l'organisme Le Petit Répit pour les membres du Regroupement OCF 03

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer