Réforme du système de santé: des chercheurs sonnent l'alarme

Les mesures envisagées par le gouvernement mettent en... (Archives PC)

Agrandir

Les mesures envisagées par le gouvernement mettent en péril l'efficacité de notre système sociosanitaire, estiment les auteurs.

Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil


Depuis quelques semaines, le gouvernement du Québec impose des choix qui auront des conséquences majeures sur les programmes et l'organisation du système de santé et des services sociaux. Ces réformes, élaborées sans consultation des parties prenantes et sans tenir compte des connaissances scientifiques, sont peu susceptibles d'atteindre les résultats visés et menacent directement la performance de notre système de santé.

Malgré une opposition quasi unanime de tous les secteurs de la société, le ministre de la Santé et des Services sociaux persiste dans son ambition d'imposer son projet de loi 10. Ce projet est un exercice de fusion administrative qui remplace les établissements de santé actuels par des mégastructures couvrant des territoires et des bassins de population immenses. De même, le projet de loi donne des pouvoirs sans précédent au ministre.

Cette semaine, le gouvernement a annoncé son intention de couper 30 % des budgets de santé publique - alors que ce secteur ne représente qu'un maigre 2 % du budget de la santé. Il est difficile de ne pas voir dans ce choix une décision politique et idéologique, quand on met en relation les quelques dizaines de millions de dollars coupés en santé publique avec les milliards de dollars qui sont investis pour les hausses de rémunération des médecins ou dans la construction d'énormes hôpitaux spécialisés.

Nous, professeurs et chercheurs, qui détenons une expertise sur l'organisation du système de santé, sommes profondément inquiets. Nous considérons que ces mesures sont :

- Un échec de la démocratie : les nouveaux pouvoirs accordés au ministre de la Santé et des Services sociaux musellent les administrateurs publics et laisseront très peu de place à l'expression des citoyens. Actuellement, c'est l'omerta dans le système de santé : peu osent exprimer tout haut leur désaccord. Par ailleurs, la recentralisation des pouvoirs entraîne en même temps une déresponsabilisation des centres régionaux et des conseils d'administration par rapport aux besoins de la population de leur région.

- Un échec pour l'efficience du système de santé : la bonne gestion des ressources publiques impose de faire des choix d'allocation qui bénéficient à tous, pour le bien public. Les choix faits en 2014 mettent en péril la pérennité financière du système de santé et des services sociaux en accordant de larges augmentations de salaire aux médecins, sans engagement susceptible d'améliorer le fonctionnement du système de santé. Il n'est pas non plus judicieux économiquement de couper en santé publique puisqu'en prévenant l'apparition de problèmes de santé, on épargne, plusieurs années plus tard, en évitant des dépenses importantes dans différents secteurs économiques par une réduction de la morbidité, de l'absentéisme et de la mortalité prématurée. Par ailleurs, les coupes prévues en santé publique accentueront vraisemblablement les inégalités sociales au détriment des plus vulnérables et augmenteront les iniquités intergénérationnelles déjà très présentes dans notre société. N'oublions pas que si notre société se porte bien, c'est grâce aux investissements dans les secteurs de l'éducation, de la petite enfance et en santé publique des 20 à 40 dernières années dont les effets à long terme s'expriment aujourd'hui. Les coupes actuelles en santé publique et en éducation affecteront directement les adultes que deviendront nos enfants.

- Un échec pour l'efficacité des soins : les mesures envisagées par le gouvernement mettent en péril l'efficacité de notre système sociosanitaire. Les connaissances scientifiques indiquent que les fusions à grande échelle ne permettent aucun gain d'efficacité, bien au contraire, certaines études relatent une augmentation de la mortalité. Par ailleurs, l'ampleur de la réforme proposée par la Loi 10 mobilisera les acteurs à long terme au détriment de notre capacité d'implanter d'autres mesures qui seraient nécessaires à l'amélioration des soins. Nous ne nions pas le besoin de réformer le système de santé, au contraire, le besoin est là. Toutefois, des connaissances scientifiques existent pour nous guider vers une plus grande performance. Il existe des solutions pragmatiques et validées qui permettraient de l'améliorer en continuité de la réforme précédente de création des CSSS, mais le gouvernement semble prendre des décisions politiques en écartant volontairement les connaissances académiques. Ces solutions passent, entre autres, par un renforcement des services de première ligne, des actions préventives, par l'implantation d'un système d'information clinique et administratif unique au provincial, par une amélioration de l'accès aux services de santé particulièrement pour les personnes vulnérables, par le contrôle des activités cliniques non pertinentes et des facteurs inflationnistes au niveau des dépenses de santé.

Aujourd'hui nous sonnons l'alarme. Nous croyons que le gouvernement fait fausse route et que les décisions qu'il prend concernant le système de santé et de services sociaux ne sont pas convergentes avec le bien public. Au lieu de mener à une plus grande performance, elles menacent sa viabilité financière, sa capacité d'adaptation et son efficacité. Ces transformations, si le gouvernement va de l'avant, auront vraisemblablement des impacts négatifs pour la santé de la population.

Astrid Brousselle, professeure titulaire, Université de Sherbrooke ainsi que 79 autres signataires, qui sont professeurs et chercheurs partout au Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer