Responsable de service de garde et fière de l'être

Je suis une éducatrice, une mère, une femme... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Je suis une éducatrice, une mère, une femme qui veut améliorer ses conditions de travail, qui crois jouer un rôle important dans la vie des adultes de demain, écrit l'auteure.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Soleil

Chaque matin arrivent chez moi des petits êtres adorables que j'aime de tout mon coeur. Chaque jour, je leur donne de l'amour, de l'attention, je prends soin d'eux pendant que leurs parents travaillent. C'est pour avoir le bonheur de voir mes enfants grandir et pour être entourée de tous ces petits êtres si adorables que j'ai choisi ce travail. La première année a été très difficile. Je me disais que je ferais ce travail jusqu'à ce que mes enfants atteignent l'âge pour aller à l'école. Quatorze ans plus tard, je fais encore le même métier.

Je le fais surtout par amour des enfants, mais aussi par nécessité de travailler. C'est certain que, comme on me dit souvent, je peux travailler dehors, je n'ai pas à me déplacer pour me rendre au travail. J'entends d'ici certains ajouter que je peux faire le ménage, le lavage, que je fais la belle vie bien tranquille chez moi. Comment vous trouvez ça faire du ménage avec un ou deux enfants à la maison? Eh bien ici, il y en a six. Moi, je n'ai pas le temps de faire tout ça.

Je ne dis pas qu'il n'y a pas d'éducatrices qui font tout sauf s'occuper des enfants. Malheureusement, il y a de mauvaises éducatrices comme de mauvais policiers, de mauvais professeurs, de mauvais mécaniciens... Pourquoi envoyer son enfant dans un mauvais milieu? Parce que parfois, il y a des parents qui veulent un «parking à bébé», qui ne cherchent pas plus loin que le 7 $ par jour. Qui ne questionnent pas et signent l'entente de service les yeux fermés. Ça donne des parents qui ont une mauvaise expérience du milieu familial et qui mettent souvent toutes les responsables de service de garde dans le même panier.

Malheureusement, la société oublie qu'il y a aussi de très bonnes éducatrices, des femmes qui chaque matin accueillent avec le sourire des petits êtres adorables. Chez moi, je n'ai pas le temps pour le lavage ni le ménage. Chez moi, il y a des moments d'accueil, des causeries, des histoires, des comptines, des jeux extérieurs, des bricolages, des collations, des repas équilibrés, des siestes pour bien recharger nos batteries... Tout ça se fait bien évidemment dans un cadre ludique tout en apprenant. Ce qui est normal, car les enfants de nos milieux sont à l'âge de jouer et j'ai dû bâtir un programme éducatif pour conserver mon permis. J'entends dire que pendant la sieste, je vais sur Internet, je regarde la télé et je lis. Oui, parfois je vais sur Internet ou j'écoute la télé en mangeant et en préparant mes activités de l'après-midi. Cette pause dure une heure, parfois moins. Et vous, avez-vous des pauses au travail?

Revoir nos priorités

C'est vrai que j'ai beaucoup d'avantages... Entre autres, je suis obligée par le ministère de travailler 50 heures par semaine, mais je suis payée pour 35 heures. Mes enfants ne peuvent pas inviter d'amis, mon conjoint ne peut pas écouter la télé sur les heures de garde, ma maison ressemble à Unité 9, car tout doit être sous clé même le savon à main. Bref, des heures de plaisir. Travailleriez-vous 50 heures en étant payé pour 35? Sur ce montant, je dois payer la nourriture, le lait, les serviettes humides, le matériel pour les bricolages, le papier de toilette, les mouchoirs, les produits d'entretien et le coût de la vie augmente pour moi aussi. La société dit qu'elle ne peut pas se permettre de nous payer plus... Alors, dites-moi pourquoi on paye 1,7 million $ en prime pour les députés, 42 millions $ pour la forêt, 46 millions $ pour la place Bell, 50 millions $ pour le gaz naturel, 220 millions $ pour la F1? Pourquoi ne pas couper là?

Il paraît que certaines éducatrices ont fait payer les parents pour les journées de grève. Possible, mais c'est une minorité. Personnellement, je n'ai rien chargé pour ces journées. Pourquoi des bébés de trois mois - quant à moi un enfant ne devrait pas être à la garderie avant six mois - sont en garderie cinq jours par semaine, dix heures par jour pendant que maman se repose? Cette même maman bénéficie de son congé de maternité et de la garderie à 7 $. Combien d'autres profitent du système?

Nous méritons mieux

J'en ai marre du mépris de la société et même de notre entourage envers notre travail. Je suis blessée, vexée, je suis en citron - je suis une éducatrice et j'ai appris à être patiente et à soigner à mon langage -. Je demande le respect à la ministre, aux médias et à la société. Je suis une éducatrice, une mère, une femme qui veut améliorer ses conditions de travail, qui crois jouer un rôle important dans la vie des adultes de demain. Je travaille en équipe avec les parents pour le développement de leurs enfants. Mon métier n'est peut-être pas le plus important, mais je l'aime malgré tout! C'est promis, je ne sortirai pas de casserole. Imaginez 13 600 services de garde qui ferment! Les CPE n'auraient pas de place pour les quelque 81 600 enfants qui sont en milieu familial, et que feraient leurs parents?

Quand j'ai ouvert mon service de garde il y a près de 15 ans, la priorité était les enfants. Ça, c'est avant les bureaux coordonnateurs, avant que le gouvernement nous submerge de paperasse et de règles plus idiotes les unes que les autres. Avant la mode des parents déresponsabilisés qui préfèrent envoyer leurs enfants 50 heures par semaine à la garderie même quand ils sont en vacances. Moi, ma vocation - car je suis convaincue que ça en est une - c'est les enfants. Je suis éducatrice, je mérite mieux, je demande le respect et d'être payé à ma juste valeur en fonction des heures que le ministère m'oblige à faire. Je suis en colère, mais je vais me battre jusqu'au bout!

Caroline Beaudoin, responsable d'un service de garde

Sainte-Claire

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer