Nous sommes Québécois, et c'est notre façon d'être Canadiens

Jean-Marc Fournier... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jean-Marc Fournier

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Jean-Marc Fournier

Ministre responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, ministre responsable de l'Accès à l'information et de la Réforme des institutions démocratiques et leader parlementaire du gouvernement

Le Soleil

La Conférence de Québec, 1864 - 150 ans plus tard, nous offre une belle occasion de nous inspirer du passé pour nous projeter vers l'avenir.

Le plus grand défi des pères de la fédération était d'atteindre un difficile équilibre. Celui de mettre en commun nos forces, si réduites sur un territoire si vaste, pour assurer notre défense et notre prospérité économique tout en maintenant une autonomie pour chacune des colonies sur les questions locales, afin de préserver l'identité culturelle des collectivités.

Pour en arriver à ce compromis, ils étaient animés par des principes de solidarité, de réciprocité, d'entraide et de collaboration. Les mêmes qui doivent nous guider pour affronter les enjeux d'aujourd'hui.

Les défis qui concernent la qualité des services publics offerts à nos concitoyens sont de la première importance. Cela dit, on ne peut éviter d'aborder également la question de notre identité et de notre contrat social.

La Constitution ne doit pas être un sujet tabou. Parmi les enjeux à considérer pour l'avenir, celui de la place du Québec au sein du Canada est fondamental. Il faut réapprendre à pouvoir en discuter calmement. La question constitutionnelle n'est pas une affaire d'échéancier, mais de volonté.

Société d'accueil et d'adhésion majoritairement francophone, le Québec a toujours été préoccupé par sa position minoritaire au sein du Canada.

De 1763 à 1774, puis de 1840 à 1867, l'évolution du Canada, tel un balancier, est marquée de reculs et d'avancées en matière d'ouverture à la différence. En réaction au recul, les décideurs ont toujours réaffirmé le gène de la spécificité québécoise comme faisant partie de l'ADN du Canada.

Plusieurs signes nous permettent aujourd'hui d'anticiper, dans la suite de 1982, un autre retour du balancier.

Déjà, il y a du mouvement. Depuis 1982, les acteurs politiques ont multiplié les gestes de reconnaissance de la spécificité du Québec.

En 1991, l'entente McDougall-Gagnon-Tremblay a confirmé nos pouvoirs en immigration et, incidemment, l'interculturalisme comme mode d'intégration des nouveaux arrivants au Québec.

En 2004, l'entente sur la santé a notamment reconnu l'asymétrie.

La Chambre des communes a reconnu, en 2006, que nous formons une nation au sein d'un Canada uni. La même année, le Canada nous a octroyé un siège à l'UNESCO.

Plus récemment, la négociation du traité de libre-échange avec l'Europe a été menée conjointement avec les provinces. Enfin, encore dernièrement, en matière de formation de la main-d'oeuvre, le Québec a exercé un retrait avec compensation.

Une évolution du même type a été menée par la Cour suprême. Il faut relire ses récents avis pour constater avec quelle vigueur la Cour reconnaît le caractère fédératif de notre Constitution, de même que la spécificité du Québec.

En mars dernier, la Cour se penchait sur la validité de la nomination du juge Nadon et nous offrait le passage suivant : « L'objectif est de garantir que non seulement des juristes civilistes expérimentés siègent à la Cour, mais également que les traditions juridiques et les valeurs sociales distinctes du Québec y soient représentées, pour renforcer la confiance des Québécois envers la Cour en tant qu'arbitre ultime de leurs droits. »

Le mouvement du balancier est à l'oeuvre. La société distincte est maintenant mieux connue et apprivoisée par les décideurs politiques et les tribunaux.

Le Québec de l'avenir est déjà visible. Une nation dans une fédération. Avec une langue, une culture, un droit civil et des valeurs sociales distincts. C'est une société pluraliste qui a fait le choix de l'interculturalisme depuis longtemps. Ce choix de l'interculturalisme fait également partie de la spécificité québécoise.

Dès le moment où l'un de nos partenaires fédératifs souhaitera relancer une discussion constitutionnelle, nous pourrons inscrire cette réalité dans un geste d'acceptation expresse de reconnaissance.

Dans notre gouverne quotidienne, que ce soit à propos du déséquilibre fiscal, des transferts en matière de santé, du financement des infrastructures ou de péréquation, le fédéral et les provinces doivent réapprendre à collaborer.

En matière de santé, la démographie impose une pression financière supplémentaire aux provinces. C'est une hausse de la contribution fédérale qui s'impose, et non une réduction.

Aujourd'hui, avec le Plan Nord, nous désirons mettre en valeur nos richesses et notre environnement du Nord. Pour soutenir l'économie traditionnelle et pour lancer un nouveau moteur économique en accédant à notre territoire nordique, le gouvernement fédéral doit augmenter sa contribution dans le financement des infrastructures. Le Québec n'est pas seul à solliciter cette collaboration. Les gouvernements de tous les provinces et territoires représentant tous les Canadiens demandent la reprise du dialogue, la valorisation de la collaboration raisonnée et le recours aux faits, à la preuve statistique et à la science comme fondement du processus décisionnel.

Nous voulons promouvoir les intérêts du Québec, et cela signifie aussi de faire avancer le Canada.

Nous voulons être de toutes les tribunes, comme acteurs de changement et de progrès. Notre conviction est qu'il faut être partout, pour être mieux maîtres chez nous.

Le Québec est fier, inclusif et confiant. Nous sommes Québécois, et c'est notre façon d'être Canadiens.

Cela peut être reconnu.

(Ce texte s'inspire du discours que le ministre Jean-Marc Fournier a prononcé lors du lancement du colloque « La Conférence de Québec, 1864 - 150 ans plus tard - Comprendre l'émergence de la fédération canadienne », qui s'est déroulé du 16 au 18 octobre au Musée de la civilisation de Québec.)

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer