Le faux scandale des retraités qui travaillent

Depuis mai 2004, à l'initiative du gouvernement Charest,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Depuis mai 2004, à l'initiative du gouvernement Charest, un seul fonctionnaire provincial sur deux est remplacé lorsqu'il prend sa retraite.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Soleil

Certains médias présentent comme un scandale le retour au travail de retraités qui reçoivent leur pension en plus de leur salaire, tout en travaillant à un poste similaire chez le même employeur. Tout dépend de la conception qu'on se fait d'un revenu de retraite. Si on considère un revenu de pension comme de l'aide sociale de luxe payée par l'ensemble des contribuables ou même comme une charité consentie par l'employeur, je comprends qu'on en soit scandalisé. Si on considère plutôt qu'un revenu de retraite est de l'épargne accumulée à même son salaire, il est difficile d'y voir quelque scandale.

Qui donc valorise que des assistés sociaux aptes au travail restent volontairement inactifs et à la charge des autres travailleurs? Pourquoi alors exiger d'une personne qui a de l'expérience à revendre et une pleine compétence de rester à l'écart de la population active, au point de crier au scandale si on le revoit au travail?

On sait que l'espérance de vie est telle qu'on craint que des retraités soient plus longtemps à la retraite que le temps de leur carrière. On se dit que dans un certain avenir assez proche, on pourrait se retrouver avec un retraité pour deux travailleurs actifs.

On doit se poser deux questions: un, le retraité a-t-il un droit réel et juste à son revenu de retraite; puis, deux, mérite-t-il le salaire qu'il gagne? Si on répond oui aux deux questions, pourquoi vouloir imposer à ce travailleur de payer un impôt spécial égal à son revenu de retraite pour le «crime» de vouloir continuer à travailler? Déjà il paie beaucoup plus d'impôt qu'un travailleur ordinaire car 100 % de son salaire est imposé puisque ses exemptions personnelles sont déjà grugées par son revenu de pension. Ferait-on ça avec un revenu de REER? Si vous travailliez après 60 ans, on vous retirerait 30 000 $ par année de vos REER pour vous punir?

Si vous travaillez pour l'employeur A, il n'y a pas de problème, mais si c'est pour l'employeur B où vous avez fait carrière, c'est scandaleux?

À une certaine époque, le chômage était tellement fort qu'on payait des gens pour prendre une retraite prématurée pour laisser la chance aux autres. Les temps ont changé. L'emploi est une affaire de compétence et non de simple disponibilité. Et on crie maintenant au scandale parce que des gens compétents reçoivent un salaire en plus de jouir des économies acquises par le travail? De grâce, choisissons nos combats mieux que ça.

Jeannot Vachon 

Québec

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer