Point de vue

La Commission Charbonneau: un succès grâce au journalisme d'enquête

Partager

Le Soleil

En tant qu'observateur averti en affaires publiques québécoises depuis 30 ans, je dois constater que sans le travail acharné d'une poignée de journalistes d'enquête, jamais la commission Charbonneau n'aurait atteint le succès actuel.

Comment suis-je parvenu à un tel constat? Simplement parce que mon expérience m'a appris tout le monde se protège, soit par intérêt, soit par peur de représailles ou soit parce que nos institutions publiques québécoises ont favorisé le développement d'une culture de gestion corporatiste du chacun pour soi. L'omertà n'est pas seulement l'apanage de la mafia, mais aussi des employés syndiqués qui se protègent entre eux, des dirigeants de la fonction publique qui se ferment les yeux et enfin de notre classe politique trop préoccupée par les scandales et peu outillée pour adopter des lois dissuasives et exemplaires. À titre d'exemple, sans le dévoilement public répété de reportages écrits, radiophoniques ou télévisuels de cas d'abus de pouvoir, de systèmes de collusion et de corruption implantés depuis plusieurs années dans les administrations des villes de Laval et de Montréal, jamais personne n'aurait témoigné devant la commission Charbonneau.

Malgré, ces témoignages accablants, le gouvernement du Québec avouait candidement son impuissance à mettre sous tutelle deux des principales administrations municipales au Québec contaminées par une culture de corruption à grande échelle. Comble du ridicule, les lois actuelles récompensent les gestionnaires «potentiellement corrupteurs» en leur permettant de quitter leur emploi avec l'ensemble des avantages sociaux prévus dans la loi, tels les indemnités de départ et les fonds de pension accumulés. Nos lois n'ont jamais prévu des sanctions pour nos gestionnaires indignes, et encore moins un recours pour récupérer l'argent détourné des contribuables.

Nos courageux journalistes d'enquête devraient dès maintenant chercher où sont allés les fonds publics détournés, afin que nous puissions au moins récupérer un faible pourcentage de ces sommes. Celles-ci pourraient alors servir de fonds permanents pour financer une lutte sans merci à la corruption et à la collusion, surtout face au crime organisé. C'est pourquoi je suggère au gouvernement du Québec d'organiser plus tôt que tard un sommet sur l'intégrité dans la gouvernance publique avec ses partenaires municipaux, syndicaux et patronaux, afin de mettre en place non seulement les bases d'un véritable système anticorruption dans nos institutions publiques, mais aussi des moyens de récupérer l'argent public détourné. Depuis plusieurs années, tout le monde du milieu de la construction savait qu'il existait un système de corruption à Montréal et à Laval, mais personne n'avait le courage ou les moyens de le dénoncer. Le peuple québécois doit donc une fière chandelle à ces journalistes qui méritent haut la main le prix de l'intégrité publique. Espérons que la juge Charbonneau en fera mention dans son rapport final.

Jean Baillargeon

Expert-conseil en communication stratégique et en gestion d'enjeux

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer